DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un soldat tchèque tué en Afghanistan, deux autres blessés

Vous lisez :

Un soldat tchèque tué en Afghanistan, deux autres blessés

Un soldat tchèque tué en Afghanistan, deux autres blessés
Taille du texte Aa Aa

Un soldat tchèque participant à la mission de l'Otan en Afghanistan a été tué et deux autres blessés lundi par un soldat de l'armée afghane, a annoncé l'armée tchèque.

Le soldat tué est le sergent-chef T.P. né en 1976, a indiqué la porte-parole de l'état-major de l'armée tchèque, Magdalena Dvorakova, sur le site de l'armée tchèque.

gi

"Les deux soldats blessés ont été transportés vers l'hôpital militaire à Bagram et se trouvent hors de danger", ajouté Mme Dvorakova, selon qui l'attaque a eu lieu vers 09H20 GMT.

Une conférence de presse extraordinaire du ministre tchèque de la Défense Lubomir Metnar est prévue mardi matin à Prague.

"Les premières constatations indiquent que l'attaque a été commise par un soldat de l'armée afghane" dans la province d'Herat (ouest), avait indiqué plus tôt la mission de l'Otan dans un communiqué, précisant qu'un soldat avait été tué et deux autres blessés.

Les talibans ont aussitôt revendiqué l'attaque dans un message posté par un de leur porte-parole sur les réseau sociaux.

"Un Moudjahidine infiltré, originaire de la province de Nangarhar (est), a attaqué avec son fusil des soldats américains sur la base aérienne de Shindand en fin d'après-midi, tuant et blessant un grand nombre de soldats", a écrit Qari Yosuf Ahmadi.

Ces attaques "de l'intérieur", c'est-à-dire commises par un membre des forces de sécurité afghanes qui retourne son arme contre les troupes internationales avec qui il combat, ont déjà tué plusieurs soldats de l'Otan par le passé.

Cinq autres soldats tchèques avaient été blessés jeudi lors d'une autre attaque en Afghanistan, deux mois après la mort de trois de leurs collègues dans ce pays.

Ces trois soldats tchèques membres de l'opération Resolute Support (RS) déployée par l'Otan en Afghanistan avaient été tués le 5 août dans un attentat-suicide perpétré par un kamikaze à pied contre leur patrouille non loin de Bagram, un attentat revendiqué par les talibans.

Lundi, l'Otan a également indiqué qu'un général américain avait été blessé par balle dans une attaque revendiquée par les talibans jeudi dernier à Kandahar (sud).

Le général Jeffrey Smiley fait partie des 13 blessés d'une fusillade imputée à un taliban "infiltré" qui travaillait comme garde du corps du gouverneur provincial. Il avait ouvert le feu lors d'une réunion de hauts gradés au gouvernorat de Kandahar, décimant l'état-major sécuritaire provincial.

Le général a été transporté dans un hôpital en Allemagne pour y être soigné. Ses jours ne sont pas en danger, selon l'Otan.

Le général quatre étoiles Scott Miller, commandant en chef des forces américaines et de l'Otan, qui était également présent s'en est sorti indemne.

Il est très inhabituel qu'un général de l'armée américaine soit blessé.

Le général afghan Abdul Raziq, homme fort anti-taliban qui contenait l'insurrection dans le sud du pays, berceau des talibans, a été tué ainsi que le chef des renseignements de la province et un journaliste afghan.

L'opération talibane dans un complexe aussi sécurisé que le palais du gouverneur de Kandahar et la mort du très respecté général Raziq ont ébranlé le pays.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.