DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue Europa: La Lazio Rome et ses leaders paradoxaux

Vous lisez :

Ligue Europa: La Lazio Rome et ses leaders paradoxaux

Ligue Europa: La Lazio Rome et ses leaders paradoxaux
Taille du texte Aa Aa

Au bout d'une série de six victoires en sept matches, la Lazio Rome, que Marseille affronte jeudi en Europa League, s'est réinstallée dans le haut de classement du championnat d'Italie malgré le début de saison plus que discret de ses leaders techniques Sergej Milinkovic-Savic et Luis Alberto.

Victorieuse sur le terrain de Parme dimanche, la Lazio occupe actuellement la 4e place, celle qu'elle a manquée d'un souffle en fin de saison dernière et qui l'aurait envoyée en Ligue des Champions plutôt qu'en Europa League.

gi

La 5e place finale était une déception mais la Lazio avait séduit, portée notamment par les 12 buts du milieu de terrain Milinkovic-Savic et les 14 passes décisives de l'Espagnol Luis Alberto.

Mais cette saison, après 11 matches disputés - neuf en Serie A et deux en C3 -, les deux techniciens les plus talentueux du groupe de Simone Inzaghi ne pèsent presque rien.

Début octobre avant la venue de la Fiorentina à Rome, les tifosi avaient d'ailleurs déployé une banderole assassine aux abords du Stadio Olimpico: "Milinkovic et Luis Alberto, faux talents à la chasse à l'argent".

Immense espoir du football mondial, le "Sergent" Milinkovic venait alors de prolonger son contrat jusqu'en 2023 avec un salaire doublé et porté, selon la presse italienne, à plus de trois millions d'euros annuels.

Cet été, sa Coupe du Monde avec la Serbie a été tout juste moyenne et le président Claudio Lotito attend toujours l'offre "à 120 millions d'euros" qu'il estime être un minimum pour son géant (1,92 m) à la technique haut de gamme.

Contre Parme dimanche, Milinkovic a été un peu meilleur. "Il a envoyé de timides signaux", a résumé le Corriere dello Sport. Mais son bilan reste triste: un but seulement et une série de matches sans impact.

"Pour Sergej, c'est avant tout une question de condition physique. Il est rentré tard à cause du Mondial et il n'a pas eu de préparation complète, quelque chose d'essentiel pour un costaud comme lui", a expliqué le directeur sportif de la Lazio Igli Tare dans une interview récente à La Repubblica.

- Gare à Immobile -

"Peut-être aussi que ce +je pars ou je reste ?+ qui a duré tout l'été a pu avoir une influence. Il est resté et il doit seulement trouver la forme", a ajouté le dirigeant albanais.

Le cas de Luis Alberto est un peu différent. L'Espagnol s'était perdu à Liverpool et après deux prêts en Liga, il a vécu une vraie renaissance à la Lazio, où ses performances lui ont offert une première sélection en novembre 2017.

Joueur extrêmement fin et instinctif, l'ancien Sévillan n'a pourtant pas retrouvé sa magie cette saison et des performances très neutres l'ont poussé vers le banc.

"Pour lui, c'est une question de mental", juge Tare, qui estime que Luis Alberto aurait "sa place au Real Madrid".

"Il a besoin de se sentir indispensable. Mais dans un club ambitieux comme la Lazio, tu ne peux pas rater autant de matches et rester titulaire. C'est le terrain qui décide des hiérarchies", a expliqué le directeur sportif.

Le réveil des deux hommes peut arriver à tout moment et Marseille le sait. En attendant, Rudi Garcia et les siens auront un oeil sur le troisième atout-maître de la Lazio, l'avant-centre Ciro Immobile.

S'il est en souffrance avec la Nazionale, qui se passe désormais de vrai N.9, Immobile reste incroyablement efficace en club et a déjà marqué sept buts cette saison, dont six en championnat.

Avec 74 buts inscrits sous le maillot bleu ciel en à peine plus de deux saisons, il est désormais le 6e meilleur buteur de l'histoire du club. Il est surtout le vrai leader de la Lazio.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.