DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

C1: "Loco Lloris" frappe encore

Vous lisez :

C1: "Loco Lloris" frappe encore

C1: "Loco Lloris" frappe encore
Taille du texte Aa Aa

Depuis le Mondial, rien ne va plus: le gardien des Bleus et de Tottenham enchaîne les déboires judiciaires et sportifs, à l'image de son carton rouge dans le crucial match de Ligue des champions contre le PSV Eindhoven (2-2).

"Loco Lloris perd la tête", titre le Daily Mail jeudi, pointant du doigt l'exclusion du champion du monde en fin de match, alors que les "Spurs" menaient 2 à 1.

gi

Autre tabloïd, autre attaque contre le gardien. "Bête et stupide" annonce le Mirror, photo de Lloris en plein tacle contre Hirving Lozano.

Plus sobre, le Telegraph ouvre ses pages sports avec un Lloris les bras en croix, montrant son dépit face au carton rouge brandi par l'arbitre Slavko Vincic: "Cauchemar pour Lloris".

A la 79e minute du match, le capitaine de l'équipe de France et de Tottenham est sorti de sa surface pour tacler avec les deux pieds en avant le Mexicain. Une sortie qui n'était pas forcément nécessaire, car deux de ses défenseurs revenaient sur l'attaquant du PSV.

Son remplaçant Michel Vorm s'est incliné peu après sur un coup franc et voilà le club londonien avec désormais un infime espoir de se qualifier pour les huitièmes de finale. Tottenham ne compte qu'un point après trois journées, loin derrière Barcelone (9 pts) et l'Inter (6 pts).

Seulement 6,3% des équipes avec un seul point à l'issue de la phase aller se sont qualifiées pour le tour suivant depuis la création de la Ligue des champions...

- Déjà contre le Barça -

"Je ne vais blâmer aucun joueur", a réagi le manager des Spurs Mauricio Pochettino, défendant son portier à l'issue du déplacement aux Pays-Bas. "Pourquoi devrait-il s'excuser ? Non, non, non, non... (...) Seuls ceux qui sont sur le terrain peuvent faire une erreur. Ce n'était pas une erreur, c'était une action et une exclusion. Hugo n'a pas besoin de s'excuser auprès de moi ou de l'équipe."

Il n'empêche, la gueule de bois de l'après Coupe du monde s'étire pour le capitaine.

Il y a d'abord eu la blessure à une cuisse qui l'a poussé à plus d'un mois de repos. Il y a ensuite eu sa condamnation par un tribunal londonien à 20 mois de suspension de permis pour conduite en état d'ivresse.

La presse britannique l'a d'ailleurs dit très touché par son incartade judiciaire, au point de s'excuser publiquement et de vouloir rendre son brassard de capitaine des "Spurs". Le club l'a toutefois maintenu dans son rôle.

Sportivement, il y a eu ces quatre buts encaissés contre le Barça (4-2) en C1 au début du mois d'octobre. Une performance agrémentée d'une nouvelle sortie mal calculée et à l'issue calamiteuse. Après seulement 92 secondes de jeu, Lloris avait offert l'ouverture du score à Coutinho.

"Ca a été une période un peu délicate, ça a secoué un petit peu comme on dit, notamment par rapport à ce fait divers, cette affaire extra-sportive. Le plus embêtant surtout, c'est ma blessure (à une cuisse). Il a fallu se remettre à bien travailler afin d'éviter toute récidive", avait déclaré le gardien en marge du dernier rassemblement de l'équipe de France.

Les Bleus lui offrent d'ailleurs une parenthèse heureuse --il a été bon face à l'Islande et l'Allemagne en octobre--, mais en club, la mauvaise passe ne semble toujours pas encore derrière lui.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.