DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Monaco: Henry, c'est le métier qui rentre

Vous lisez :

Monaco: Henry, c'est le métier qui rentre

Monaco: Henry, c'est le métier qui rentre
Taille du texte Aa Aa

Thierry Henry a marqué jeudi le premier point de sa nouvelle vie d'entraîneur principal, grâce au nul de Monaco au FC Bruges (1-1) en Ligue des champions: encourageant vu les difficultés.

"Le nul à Bruges est une petite avancée", juge pour l'AFP Jean Petit (69 ans), qui a fait toute sa carrière, de joueur puis d'entraîneur adjoint et de dirigeant, à l'ASM.

gi

"Titi" lui-même parlait "d'un bon point", jeudi matin au centre d'entraînement de La Turbie, mais qui "n'a pas le goût de la victoire".

Le "Prince" Henry a au moins interrompu la série de cinq défaites de rang de l'ASM, en comptant celle de sa première sur le banc à Strasbourg (2-1), et marqué le premier point de la saison de l'ASM en Ligue des champions.

Le champion du monde 1998 n'est pourtant pas aidé par le sort: ses deux premiers gardiens, Danijel Subasic et Diego Benaglio, sont blessés, son capitaine Radamel Falcao a dû quitter le terrain au bout d'une grosse demi-heure de jeu pour son premier match sur le banc, et mercredi dans la Venise du Nord l'éternel convalescent Stevan Jovetic s'est effondré au bout de huit petites minutes de jeu...

"Le métier aurait pu rentrer plus facilement, constate Jean Petit, mais il a accepté ce challenge en sachant qu'il serait difficile."

Titi n'est pas trop miné par la poisse. "Je ne veux pas me retrancher derrière ça", balaie-t-il. Il préfère mettre en avant ses choix tactiques, ses ripostes au mauvais sort, sa façon d'avancer dans la carrière. "Bien sûr, il y a des blessés. Pour Jovetic, j'aurais pu jouer la sécurité (et faire rentrer Jean-Eudes Aholou, ndlr) mais j'ai choisi (Sofiane) Diop (au profil plus offensif), pour continuer à jouer".

- "J'essaie de positiver" -

Comme un parallèle avec ses débuts à lui, le jeune entraîneur a mis en avant ses jeunes. "Diop a fait son travail, s'il est sorti à la 73e minute (pour Aholou), ce n'était pas du tout une sanction mais parce qu'il fallait rééquilibrer le milieu de terrain".

Dans ces débuts laborieux sur le plan comptable, "j'essaie de positiver, poursuit Henry. J'avais deux jeunes de 18 ans pour mener le front de l'attaque, et les +petits+ ont bien travaillé. Regardez, en Ligue des champions, il n'y a pas beaucoup d'attaques avec deux gamins de 18 ans. Et qui n'ont pas d'expérience", ajoute-t-il, pour éloigner la comparaison avec Kylian Mbappé, sorte de point Godwin des discussions sur les jeunes à l'ASM.

Avec son 3-4-3 plus rassurant et le premier vrai bon match d'Aleksandr Golovin, Titi de Monaco peut espérer des jours meilleurs, et dès samedi contre Dijon.

Jean Petit est optimiste. "Vu comme il était à 17 ans quand on l'a lancé en équipe première avec Arsène Wenger, et vu comme il était tellement professionnel sur le terrain et dans la vie, on savait qu'il allait réussir comme joueur", explique le technicien.

Petit pense qu'Henry "va remonter tout ça. Il y a les blessés, toutes sortes de difficultés, mais j'espère que tout le monde retrouvera son niveau, que les blessés reviendront, et à partir de décembre, si un ou deux joueurs viennent en renfort, la voie sera plus facile pour lui". Titi va grandir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.