DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans un bastion farouchement pro-Trump, un sénateur démocrate lutte pour sa réélection

Vous lisez :

Dans un bastion farouchement pro-Trump, un sénateur démocrate lutte pour sa réélection

Dans un bastion farouchement pro-Trump, un sénateur démocrate lutte pour sa réélection
Taille du texte Aa Aa

Bondissant d'un côté à l'autre d'un défilé populaire, le sénateur démocrate Joe Manchin serre chaleureusement les mains de passants, avec l'espoir que les électeurs de Virginie Occidentale, Etat où le président Donald Trump est roi, renouvelleront son mandat.

"Nous avons besoin de toi, Joe", crie une femme qui assiste au défilé dans le centre de Huntington, petite bourgade industrielle rongée par la crise et l'addiction aux opiacés.

gi

"J'apprécie", répond Joe Manchin, 71 ans, en se rapprochant d'un pas dynamique, visiblement plus dans son élément ici que dans les couloirs du Sénat à Washington, où il est plutôt taciturne.

Le sénateur a plus que jamais besoin de ce soutien, à moins de deux semaines des élections parlementaires décisives du 6 novembre, qui décideront si le Congrès américain reste aux mains du parti républicain de Donald Trump.

Jouant son mandat dans un Etat où le milliardaire républicain a terrassé sa rivale démocrate Hillary Clinton en 2016, M. Manchin est dans une position délicate.

Comme lui, neuf autres sénateurs démocrates font face à la même équation périlleuse, dont quatre apparaissent en grande difficulté: Heidi Heitkamp dans le Dakota du Nord, Claire McCaskill dans le Missouri, Joe Donnelly dans l'Indiana et Jon Tester dans le Montana.

Tous nagent à contre-courant dans des terres républicaines, que l'arrivée de Donald Trump en politique a encore plus fermement ancrées à droite.

Mais Joe Manchin réussit pour l'instant une prouesse: il arrive en tête des sondages face à son opposant républicain Patrick Morrisey.

"Ce n'est pas une question de qui est démocrate ou républicain mais plutôt de qui inspire confiance", explique le démocrate à l'AFP, entre accolades et photos avec les habitants. Il est bien connu dans cet Etat minier, dont il a été gouverneur. "J'ai donné tout ce que j'avais et je crois que les gens s'en rendent compte".

- Anti-avortement -

Il défend farouchement les ouvriers et les plus pauvres, en luttant notamment au Sénat pour préserver la couverture sociale. En campagne, il dénonce les républicains voulant "se débarrasser" de l'accès à une assurance santé abordable pour ceux ayant des antécédents médicaux.

Le démocrate est néanmoins bien conscient du délicat jeu d'équilibriste qu'il mène dans cet Etat aux valeurs conservatrices, bordé par la chaîne des Appalaches.

Il soutient les mineurs, le droit de porter des armes à feu. Et même s'il s'est récemment opposé à une loi qui aurait retiré des fonds fédéraux aux centres de Planning familial, Joe Manchin se définit comme un démocrate contre l'avortement.

"C'est le meilleur agent double républicain de Virginie Occidentale", murmure une électrice républicaine, préférant rester anonyme.

Le sénateur vient d'ailleurs d'indigner de nombreux démocrates avec l'un de ses votes les plus difficiles: c'est le seul démocrate à avoir confirmé le juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême.

"Ca a blessé des gens, bien sûr, je le comprends", reconnaît-il à propos de ce vote pour celui qui a été accusé d'avoir commis agression sexuelle il y a une trentaine d'années. "Mais ce n'était pas un vote politique", affirme-t-il. "Les faits n'étaient pas là".

- "Guerre contre le charbon" -

C'est aujourd'hui le dernier démocrate à représenter la Virginie Occidentale à Washington.

Pourtant, en 2000, tous les élus nationaux de cet Etat appartenaient à son parti.

Les syndicats dominaient la politique locale et les électeurs professaient une grande loyauté au parti de Franklin Roosevelt, auteur du "New Deal" pour relancer l'économie pendant la grande crise des années 1930.

Depuis, l'électorat s'est fermement tourné vers la droite. Et, en 2014, lorsque les nouvelles régulations environnementales du président démocrate Barack Obama ont commencé à affecter l'économie locale, les démocrates ont perdu leur majorité à l'Assemblée de Virginie Occidentale.

"Le parti les a complètement laissé tomber", juge Chad Mercer, un pistolet Glock 19 à la ceinture pendant qu'il s'affaire derrière le comptoir de son magasin d'armes, dans la petite ville de White Sulphur Springs.

Le parti démocrate a "renoncé à ses responsabilités" face aux armes et à l'immigration, et n'a pas freiné la "guerre contre le charbon" menée depuis Washington, regrette-t-il.

Une nouvelle victoire de Joe Manchin renforcerait ce sentiment d'injustice, affirme M. Mercer. "Ca fait longtemps qu'on profite de nous".

Joe Manchin, lui, assure qu'il sera toujours prêt à dépasser les lignes politiques, "pour avancer malgré nos différences". Il pense pouvoir gagner en novembre, confie-t-il à l'AFP.

Mais, ajoute-t-il après un silence, "si dans le pire des scénarios cela n'arrive pas, je pourrais rentrer chez moi. Je gagne dans tous les cas".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.