DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue 1: Lyon sauvé par Depay à Angers

Vous lisez :

Ligue 1: Lyon sauvé par Depay à Angers

Ligue 1: Lyon sauvé par Depay à Angers
Taille du texte Aa Aa

Bousculé et peu inspiré, Lyon a fini par profiter de sa supériorité numérique pour s'imposer à Angers (2-1), grâce à une belle entrée de Memphis Depay, samedi, lors de la 11e journée de Ligue 1.

Grâce à cette victoire, Lyon, qui avait concédé un nul aussi fou que frustrant en Ligue des champions mardi à Hoffenheim (3-3), s'accroche au wagon de tête et pointe à la 4e place provisoire avec 20 points.

gi

Ce 5e revers de la saison pourrait coûter quelques places à Angers au classement, même s'ils sont actuellement 11e avec 12 points.

Longtemps inoffensifs, les Lyonnais ont au moins le mérite d'avoir su laisser passer l'orage au Stade Raymond-Kopa. Pas l'impressionnante averse de grêlons entre la 25e et la 30e minute, mais surtout les offensives d'un SCO fidèle à son jeu plein de détermination et d'impact.

Les hommes de Bruno Genesio doivent une fière chandelle à Anthony Lopes qui a réalisé dès la 5e minute une belle parade du pied pour empêcher Pierrick Capelle de marquer.

Lopes a aussi été solide sur des frappes de Baptiste Santamaria (14) et Jeff Reine-Adélaïde (19) après avoir été sauvé par son poteau droit sur une tête de Ndoye après un corner (11).

"Comme trop souvent depuis trois-quatre matches, dans le ratio occasion de but/buts, ce n'est pas suffisant (...) C'est dommage parce que ça ne valorise pas la qualité du jeu produit à onze contre onze", a déploré l'entraîneur angevin Stéphane Moulin.

- Expulsion logique -

Le tournant du match a effectivement été l'expulsion justifiée du capitaine angevin, le stoppeur Ismaël Traoré, pour une intervention à retardement et dangereuse sur le tibia de Moussa Dembélé (34).

Après cela, sans devenir beaucoup plus efficaces avec un ballon qu'ils ont pourtant eu à profusion, les Lyonnais n'ont au moins presque plus tremblé.

Offensivement, c'est longtemps resté très indigent, à l'image de la prestation une nouvelle fois faiblarde de Bertrand Traoré, auteur notamment d'un raté improbable en manquant la balle à sept mètres du but adverse sur un centre lent d'Houssem Aouar.

"On n'a pas su se créer suffisamment d'occasions parce qu'on a manqué de verticalité, on a manqué de profondeur dans notre jeu", a concédé Genesio après le match.

Le deuxième tournant a été l'entrée en jeu de Memphis Depay à la place de Jordan Ferri (55), qualifiée de "déterminante" par son coach.

À peine entré, le Néerlandais profitait d'une erreur de jugement de Ludovic Butelle qui empêchait un ballon de sortir sur un long centre. Derrière lui, Depay centrait pour la tête de Aouar qui marquait dans le but vide (0-1, 63).

Deux minutes plus tard, Depay offrait un excellent ballon à Dembélé, mais sa frappe en angle fermé était bien stoppée du pied par Butelle (65).

L'attaquant se distinguait encore avec une passe décisive pour Dembélé (70), mais le but était refusé après utilisation de l'assistance vidéo. Partie remise puisque l'international Espoirs français lui rendait la politesse pour porter l'estocade (0-2, 87).

Un petit relâchement défensif permettait à Cristian Lopez de marquer son premier but dans l'élite (1-2, 90) et faisait planer le spectre de Hoffenheim pendant cinq minutes sur la tête de Lyonnais soudain fébriles, mais ceux-ci pouvaient tout de même lever les bras au coup de sifflet final.

"Même si ce n'était pas terrible, même si ce n'était pas ce qu'on souhaite faire dans le contenu, c'est important de gagner ce genre de matches", a plaidé Genesio, bien conscient que son équipe n'a pas complètement évacué les doutes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.