DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toulon-La Rochelle: Collazo, toujours pas d'urgence ?

Vous lisez :

Toulon-La Rochelle: Collazo, toujours pas d'urgence ?

Toulon-La Rochelle: Collazo, toujours pas d'urgence ?
Taille du texte Aa Aa

Les défaites se suivent mais Mourad Boudjellal ne bronche pas: le président du RC Toulon, d'ordinaire impatient, continue de soutenir son manager Patrice Collazo, en grande difficulté au moment d'affronter La Rochelle, le club où il a réussi, dimanche (16h50) en clôture de la 8e journée de Top 14.

Calme apparent vendredi au centre d'entraînement de Berg, où joueurs et encadrement ont fait bonne figure sur le terrain. "Je suis convaincu d'avoir un bon entraîneur. Il faut lui laisser le temps de construire son histoire." C'est un nouveau rôle, plein d'indulgence, que le dirigeant du RCT endosse match après match depuis août.

gi

Car les craintes soulevées lors de piètres matches de préparation se sont confirmées depuis. Battu 7 fois sur ses 9 premiers matches, souvent par un large écart, Toulon est à la dérive: hors course après 2 journées seulement de Coupe d'Europe, dont il avait jusqu'ici toujours dépassé la phase de poules, le RCT pourrait subir pareil sort en Top 14 (11e avant ce week-end), alors qu'il n'a plus raté la phase finale depuis 2011.

Une autre époque, celle d'un club en pleine ascension qui n'allait pas tarder à tout rafler (Coupes d'Europe 2013, 2014, 2015, Top 14 2014) sous la conduite de Bernard Laporte. Mais depuis que ce dernier est parti pour devenir président de la Fédération, les managers se succèdent sans succès (Dominguez, Ford, Cockerill, Galthié) sur la rade.

- Positive attitude -

Constatant leurs échecs qui sont aussi les siens, Boudjellal a donc opté pour une autre école, celle de la patience. "Certains sont peut-être déçus qu'on ne change pas d'entraîneur alors qu'on me reprochait de trop les virer", a-t-il rétorqué en venant à la rescousse de Collazo.

"Nous sommes partis sur un projet", a-t-il maintenu, annonçant une présentation pour le 6 novembre. "Nous avons inventé la notion de spectacle, avec l'arrivée de grandes stars, nous allons maintenant essayer de reprendre un peu d'avance sur les autres. Nous reconstruisons une équipe, nous avons beaucoup de blessés."

Des excuses, comme celle d'un début de calendrier compliqué, qui cachent mal l'actuelle pauvreté dans le jeu du RCT, en manque criant de confiance. Mais le staff ne déroge pas à son antienne optimiste pour autant: "Il y a beaucoup d'envie, on a bien bossé cette semaine", a dit l'entraîneur adjoint Sébastien Tillous-Borde, qui demande à ses joueurs de "revenir à des choses simples et bien faites". Et sait qu'un agenda plus favorable (réceptions de Perpignan, Grenoble et Lyon d'ici Noël) se profile.

- "Beaucoup d'affect en jeu" -

De l'extérieur, Collazo, qui avait verrouillé la communication à La Rochelle au grand dam des journalistes, se renferme match après match, au point de ne plus se présenter à la presse depuis la défaite contre Newcastle (25-26). Pas le moment idéal pour retrouver son ancien club, qu'il a fait passer en sept saisons (2011-2018) de la Pro D2 aux quarts de finale de la Coupe d'Europe, avec en point d'orgue une 1re place de saison régulière de Top 14 en 2017.

"Il a fait beaucoup là-bas, il aura une certaine pression", dit Tillous-Borde, euphémique. Parti de Charente-Maritime en mai en claquant la porte après un différend avec son adjoint Xavier Garbajosa, dont il était très proche, Collazo, critiqué récemment par l'ex-joueur et chroniqueur Sébastien Chabal pour son management très autoritaire, jouera aussi sa fierté dimanche.

"C'est lui qui m'a lancé. Je lui dois beaucoup. C'est sûr que sans lui, je ne serai pas là", a par exemple déclaré le talonneur rochelais Pierre Bourgarit. "C'est clair que beaucoup de joueurs ont grandi avec Patrice", a déclaré Grégory Patat, l'entraîneur des avants du Stade.

Qui ajoute: "Il y a beaucoup d'affect qui entre en jeu mais aujourd'hui les joueurs professionnels ont cette faculté à +switcher+ pendant 80 minutes. On ne doute pas d'eux. (...) Toulon est un adversaire, Patrice est un adversaire mais voilà... On boira une bière ensemble après le match." Espérons pour Collazo qu'elle ne soit pas trop amère.

Les XV de départ

Toulon: H. Bonneval - Tuisova, Fekitoa, Bastareaud, J. Savea - (o) Belleau, (m) Cottin - R. Lakafia, Vanverberghe, Rebbadj - R. Taofifenua, Alainu'uese - M. Van Der Merwe, Guirado, Chiocci

La Rochelle: Rattez - Jordaan, Doumayrou, Favre, Roudil - (o) West, (m) Balès - Alldritt, Vito, Bourdeau - Jolmes, Sazy - Atonio, Bourgarit, Priso

Remplaçants

Toulon: Soury, Fresia, J. Kruger, Messam, Ikpefan, Trinh-Duc, Escande, Setiano

La Rochelle: Orioli, Aouf, Qovu, Kieft, Berjon, Lafage, Aguillon, Joly

Arbitre: Pascal Gaüzère

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.