DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Américains rendent hommage aux onze fidèles tués dans une synagogue

Vous lisez :

Les Américains rendent hommage aux onze fidèles tués dans une synagogue

Les Américains rendent hommage aux onze fidèles tués dans une synagogue
Taille du texte Aa Aa

Des milliers de personnes en deuil ont participé à une veillée en hommage aux victimes de la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh, lors de laquelle un homme armé a ouvert le feu sur un groupe de personnes en majorité âgées et a déclaré qu'il "voulait que tous les Juifs meurent".

L'auditorium du centre de Pittsburgh débordait de monde dimanche soir pour l'évènement oecuménique de 90 minutes, qui a débuté par un chant d'un choeur africain-américain.

gi

Des milliers d'autres personnes s'étaient rassemblées dehors sous la pluie pour écouter l'évènement retransmis par des haut-parleurs.

Une femme clerc a chanté a capella l'hymne national américain et un chanteur a entonné la Hatikvah, l'hymne national israélien.

Plus tôt, les Américains avaient découvert l'identité des onze fidèles abattus la veille dans la synagogue Tree of Life, dont une femme de 97 ans, un couple d'octogénaires et deux frères.

Neuf d'entre eux avaient 65 ans ou plus et certains étaient assez âgés pour avoir été enfants lors de la montée du nazisme, comme Rose Mallinger, 97 ans, et le couple formé par Sylvan et Bernice Simon, tous deux octogénaires.

"Les mots de haine ne sont pas les bienvenus à Pittsburgh", a dit le rabbin Myers, ovationné par le public, avant d'adresser un messages aux leaders politiques.

"Mesdames et messieurs, cela doit commencer avec vous, nos dirigeants," a-t-il déclaré sous des applaudissements prolongés. "Arrêtez les messages de haine."

Le rabbin, qui a aidé des personnes à sortir de la synagogue après les coups de feu, a récité une prière du souvenir en hébreu, essuyant ses larmes avec un mouchoir.

D'autres veillées d'hommage ont eu lieu à travers les Etats-Unis. Des organisations musulmanes ont levé des dizaines de milliers de dollars pour aider les survivants et les familles des victimes. La communauté juive des Etats-Unis - la plus importante en dehors d'Israël - a reçu le soutien du pape et de dirigeants européens.

- "Coeur brisé" -

Le tireur de 46 ans, Robert Bowers, arrêté à la synagogue après un échange de tirs avec la police, est inculpé de 29 chefs d'accusation, certains passibles de la peine de mort. Il doit être présenté lundi à un magistrat fédéral.

L'attaque de la congrégation vieille de 150 ans est la tuerie antisémite la plus meurtrière de l'histoire américaine récente.

Le silence règne à Squirrel Hill, un quartier très uni et le coeur de la communauté juive de Pittsburgh où l'attaque a eu lieu. "J'ai le coeur brisé", raconte Aylia Paulding, 37 ans.

Les autorités ont décrit la tuerie qui a duré 20 minutes et a commencé quand l'homme a fait irruption dans le bâtiment tôt samedi et a ouvert le feu, armé de deux pistolets Glock et d'un fusil d’assaut semi-automatique AR-15.

Quatre policiers ont été blessés, dont un grièvement. Robert Bowers a été hospitalisé dans un état stable avec plusieurs blessures par balle.

Agé de 90 ans, E. Joseph Charny a raconté au Washington Poste qu'il priait dans une salle avec d'autres fidèles, quand il a vu un homme apparaître dans l'embrasure de la porte et a entendu des tirs.

"J'ai levé les yeux et j'ai vu tous ces cadavres," a raconté M. Charny, un psychiatre à la retraite qui fréquente la synagogue Tree of Life depuis 1995.

- Trump critique les médias -

Le président Donald Trump a dénoncé solennellement l'attaque. "Le fléau de l'antisémitisme ne peut être ni ignoré, ni toléré, ni permis de continuer."

Dimanche, il a comme souvent accusé les médias d'attiser les tensions: "Les Fausses Nouvelles font tout ce qu'elles ont en leur pouvoir pour blâmer les Républicains, les Conservateurs et moi-même pour la division et la haine qui se perpétuent depuis si longtemps dans notre Pays!"

"En réalité, ce sont leurs reportages Faux et Malhonnêtes qui entraînent des problèmes bien plus importants qu'ils ne peuvent le comprendre", a-t-il déclaré.

Donald Trump a indiqué qu'il se rendrait à Pittsburgh pour présenter ses condoléances. Mais certaines familles de victimes n'ont que peu envie de rencontrer un président qu'elles accusent d'attiser la haine.

Jonathan Greenblatt, directeur de l'Anti-Defamation League, la principale organisation de lutte contre l'antisémitisme aux Etats-Unis, a déclaré que les mots de Trump étaient encourageants mais sonnaient aussi comme un avertissement.

Selon l'ADL, les actes antisémites aux Etats-Unis ont augmenté de 34% de 2015 à 2016, et de 57% en 2017. "La plus forte hausse que nous ayons constaté", d'après M. Greenblatt.

- Site suprémaciste -

Robert Bowers vivait dans la banlieue sud de Pittsburgh, à moins de trente minute de route de la synagogue.

L'homme était camionneur, selon plusieurs de ses voisins, et lié à une vague de messages antisémites publiés en ligne, surtout sur Gab.com, un site fréquenté par les suprémacistes blancs.

Selon son acte d'accusation, il a déclaré à la police qu'il "voulait que tous les Juifs meurent et qu'ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide de son peuple."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.