DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump se rendra à Pittsburgh après le carnage dans une synagogue

Vous lisez :

Trump se rendra à Pittsburgh après le carnage dans une synagogue

Trump se rendra à Pittsburgh après le carnage dans une synagogue
Taille du texte Aa Aa

Le président des Etats-Unis Donald Trump et sa femme Melania se rendront mardi à Pittsburgh au chevet d'une ville meurtrie par la fusillade dans une synagogue qui a fait 11 morts, pire attaque antisémite de l'histoire américaine.

La Maison Blanche a annoncé lundi cette visite sur fond de polémique sur le rôle qu'a pu jouer la rhétorique présidentielle dans les violences d'extrémistes qui secouent l'Amérique à l'approche des élections législatives du 6 novembre.

gi

Le tireur de 46 ans, Robert Bowers, inculpé de 29 chefs d'accusation dont certains passibles de la peine de mort, a comparu pour la première fois lundi devant un tribunal de la ville.

Assis dans un fauteuil roulant après avoir été blessé par balle dans un échange de tirs avec la police, il n'a répondu que par des "oui, monsieur", aux questions posées par le juge fédéral lors de cette très brève audience de trois minutes à peine. Selon son acte d'accusation, il a déclaré à la police qu'il voulait "que tous les Juifs meurent et qu'ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide de son peuple."

Lundi matin, dans le froid et sous un ciel gris, des voisins venaient se recueillir devant les onze petites étoiles de bois blanches disposées devant la synagogue avec, en lettres noires, le nom de chacune des victimes. La veille, des milliers de personnes, toutes confessions confondues, s'étaient réunies dans cette ville endeuillée pour lancer un message de paix.

Sans s'exprimer sur la tragédie elle-même, M. Trump a commencé sa journée lundi par une série de tweets à la tonalité particulièrement agressive à l'encontre des journalistes, alimentant les critiques sur son incapacité à se poser en rassembleur dans les périodes de crise.

"Il y a une grande colère dans notre pays liée au traitement erroné, et souvent malhonnête, de l'information", a-t-il lancé. "Les médias +Fake News+, véritables ennemis du peuple, doivent mettre un terme à leur hostilité ouverte et évidente et rapporter les informations correctement et de manière équitable".

- "Pas le bienvenu dans ma ville" -

La venue annoncée du tempétueux président américain a suscité, au sein de la communauté juive de Pittsburgh, un vif débat. Ce dernier s'inscrit dans une polémique plus générale sur l'impact de la rhétorique présidentielle sur les actes violents qui secouent l'Amérique.

M. Trump "n'est pas le bienvenu dans ma ville", a affirmé sur CNN Lynnette Lederman, ancienne présidente de la synagogue Tree of Life, l'accusant d'attiser la haine.

"Les mots hypocrites qui sortent de sa bouche ne signifient rien pour moi", a-t-elle ajouté. "Nous avons des gens auprès de nous qui croient en nos valeurs, pas seulement les valeurs juives, et ce ne sont pas les valeurs de ce président".

Le rabbin Jeffrey Myers de la synagogue Tree of Life ("L'arbre de vie"), lui, ne partageait pas cette analyse. "Je suis un citoyen. Il est mon président. Il est bien sûr le bienvenu", a-t-il déclaré.

Adam, la cinquantaine, qui a quitté Israël il y a vingt ans pour s'installer à Pittsburgh, connaissait ou avait rencontré toutes les victimes. "Mes enfants n'arrivent pas à comprendre", explique-t-il à l'AFP, devant la synagogue.

Donald Trump doit-il venir? "Cela n'a pas véritablement d'importance", répond-il, jugeant nécessaire de se tenir à l'écart de toute politisation du drame. "Je ne pense pas que ce gars (le tireur) a fait cela à cause du président (...) C'est tout simplement de la haine", ajoute-t-il.

La fusillade, qui a duré vingt minutes, a commencé quand l'homme a fait irruption dans le bâtiment tôt samedi et a ouvert le feu, armé de deux pistolets Glock et d'un fusil d'assaut semi-automatique AR-15. Quatre policiers ont été blessés, dont un grièvement.

Agé de 90 ans, E. Joseph Charny a raconté au Washington Post qu'il priait dans une salle avec d'autres fidèles, quand il a vu un homme apparaître dans l'embrasure de la porte et a entendu des tirs.

"J'ai levé les yeux et j'ai vu tous ces cadavres," a raconté M. Charny, un psychiatre à la retraite qui fréquente la synagogue Tree of Life depuis 1995.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.