DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de la Ligue: solide, Strasbourg élimine des Lillois décevants

Vous lisez :

Coupe de la Ligue: solide, Strasbourg élimine des Lillois décevants

Coupe de la Ligue: solide, Strasbourg élimine des Lillois décevants
Taille du texte Aa Aa

Strasbourg a créé la surprise en éliminant avec maîtrise (2-0) une méconnaissable équipe de Lille, pourtant deuxième du championnat, en 16es de finale de la Coupe de la Ligue, mardi à la Meinau.

Thierry Laurey et Christophe Galtier, les entraîneurs alsacien et nordiste, avaient procédé à un large turn-over en changeant respectivement huit et neuf titulaires par rapport à leur match de championnat samedi. Et cela s'est vu sur le terrain avec deux équipes en panne d'inspiration qui ont eu du mal à trouver les bonnes combinaisons et à produire du jeu.

gi

A ce jeu-là, c'est le RCSA, plus discipliné, volontaire, et en confiance avec sa 7e place en L1, qui l'a emporté grâce à des buts de Youssouf Fofana (13e) et Dimitri Liénard (81e).

A trois jours du choc sur la pelouse du Paris SG, les Dogues, surprenants dauphins du leader parisien et qui restaient sur quatre succès consécutifs, ont semblé avoir la tête ailleurs. L'absence de l'infernal trio BIP BIP (Jonathan Bamba-Jonathan Ikoné-Nicolas Pépé) au coup d'envoi s'est grandement ressentie dans l’animation offensive nordiste. La défense, complètement inédite, a, elle aussi, rapidement montré des signes de fébrilité.

Profitant d'une supériorité numérique temporaire et d'une désorganisation de l'équipe lilloise en raison de la blessure de Boubakary Soumaré, qui était soigné au bord du terrain, le Racing ouvrait le score sur sa première occasion: aux vingt mètres, Fofana éliminait Xeka et décochait une frappe enroulée qui trouvait le petit filet de Mike Maignan (1-0, 13e).

- Pépé et Ikoné n'ont rien changé -

Les Dogues tentaient de réagir et monopolisaient le ballon, mais cette domination territoriale était stérile et ne débouchait pas sur de réelles situations dangereuses. Pire, des pertes de balle évitables permettaient à Strasbourg d'inquiéter Maignan. Ainsi, Ismail Aaneba chipait le ballon à Luiz Araujo et centrait pour le remuant Kévin Zohi, qui manquait de peu le cadre (25e).

Certainement secoués par leur entraîneur à la mi-temps, les joueurs lillois revenaient en seconde période avec de bien meilleures intentions, imposant un pressing à leurs adversaires alsaciens. Mais ces derniers, bien en place, n'étaient pas déstabilisés et jouaient tous leurs contres à fond, à l'image de Zohi, qui grattait un ballon dans les pieds de Gabriel avant de dévisser sa frappe (51e), ou d'un tir juste à côté de Liénard (77e).

Les entrées de Pépé et Ikoné peu après l'heure de jeu dynamisaient quelque peu le jeu du Losc, mais c'était insuffisant pour sonner la révolte ou se créer une quelconque occasion. Et le Racing finissait par tuer le suspense dans les dix dernières minutes en doublant la mise par Liénard, qui profitait d'une hésitation de Maignan pour reprendre un centre de Benjamin Corgnet (2-0, 81e).

Dans le temps additionnel, le portier lillois devait même sortir un triple arrêt devant Liénard, Zohi et Aaneba pour éviter une débâcle à son équipe... qui devra montrer un tout autre visage dans trois jours au Parc des Princes pour ne pas recevoir une correction face au PSG.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.