DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Surf: Mathieu Crépel, homme des neiges et chasseur de grosses vagues

Vous lisez :

Surf: Mathieu Crépel, homme des neiges et chasseur de grosses vagues

Surf: Mathieu Crépel, homme des neiges et chasseur de grosses vagues
Taille du texte Aa Aa

Pur prodige sur la neige, Mathieu Crépel a livré des exploits en snowboard pendant 20 ans. Accro au surf, il s'est lancé un défi, celui de réussir à prendre 'Jaws', la grosse vague mythique d'Hawaii. Performance inouïe qu'il raconte dans un film, 'Shaka'.

"Il y a des moments à Jaws où je me disais: 'mais qu'est ce que tu fous là, t'es pas à ta place, repars dans tes montagnes, tranquille'. Et dès que la session était finie, je n'avais qu'une envie, c'est qu'il y en ait une autre le lendemain pour y repartir", explique à l'AFP Mathieu Crépel, quadruple champion du monde en snowboard.

gi

A 34 ans, le super champion, qui faisait sensation déjà à l'âge de 10 ans sur les pentes enneigées, a choisi de sortir de sa zone de confort pour se lancer de nouveaux défis dans une vie dédiée à l'extrême.

Il raconte son dernier challenge, qui lui a pris 2 ans, dans un film 'Skaka' (produit par Quiksilver et Almo) - un signe commun de la main entre passionnés de glisse - réalisé par son ami d'enfance, Morgan Le Faucheur.

"A la base je suis un snowboarder pro, c'est mon sport de prédilection. Le surf, je le pratiquais plus comme un hobby, entre 2 sessions d'entraînement. Au fur et à mesure, le surf a pris de plus en plus d'importance dans ma vie puis ma carrière. Maintenant j'ai ce côté assez unique de le faire à ce niveau-là", souligne le Pyrénéen, installé aujourd'hui à Biarritz.

Après avoir tout - ou presque - vécu en snowboard, Crépel s'est lancé dans l'aventure du surf mais pas sur de petites vagues. Il a préféré celles de plus de 6 m, en allant les chercher à la rame, dans l'esprit le plus originel du surf.

- Boule au ventre -

"Ce sont des vagues de 6, 8 m jusqu'à 15 m sur la même session. Et on sait que la moindre chute ne pardonne pas. On sait qu'on va passer un bon moment sous l'eau et qu'il va falloir être préparé à l'encaisser", relève-t-il.

Crépel s'est nourri de rencontres avec les meilleurs spécialistes comme le Français Guillaume Néry, performeur hors-normes en apnée, ou encore Gerry Lopez, légende absolue du surf. Ce sont ces moments de partage qu'il relate aussi dans ce film, rythmé par des images d'enfance, de descente incroyables sur la neige et de glisse fantastique sur les vagues de Jaws. Un pari réussi qui lui a procuré le genre de sensations qu'il recherche.

"A un moment donné je me suis retourné pour ramer sur une vague à Jaws et j'ai le souvenir de m'être dit que là, mon cerveau ne devait plus fonctionner de façon normale ! C'est un feeling très particulier. Pour Jaws, c'était décuplé, fois 1000 ! Mais même pour une journée de snowboard en freeride, c'est un feeling entre excitation d'avoir la meilleure journée de sa vie, de faire quelque chose d'unique et une boule au ventre énorme de se dire: 'dans quel état je vais rentrer ce soir ou est-ce que je vais rentrer ce soir'", confie le champion.

Crépel s'est épanoui tout au long de ce dernier défi et se projette déjà sur de nouveaux exploits, avec "très probablement un +trip+ au printemps" en apnée avec Guillaume Néry. Et dans un coin de la tête, un retour au Groenland, la terre qu'il a découverte à 10 ans et qui lui a donné son esprit d'aventure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.