DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : la Turquie prête pour une nouvelle offensive contre une milice kurde

Vous lisez :

Syrie : la Turquie prête pour une nouvelle offensive contre une milice kurde

Taille du texte Aa Aa

La Turquie a terminé ses "préparatifs" en vue d'une nouvelle offensive dans le nord de la Syrie pour "détruire" une milice kurde soutenue par Washington, mais qu'Ankara considère comme "terroriste", a déclaré mardi le président Recep Tayyip Erdogan.

"Nous allons détruire la structure terroriste à l'est de l'Euphrate. Nous avons terminé nos préparatifs, nos plans et nos programmes à ce sujet", a déclaré le chef de l'Etat turc dans une intervention devant les députés de son parti au Parlement.

"Nous avons commencé il y a quelques jours notre intervention contre cette organisation terroriste", a-t-il ajouté. "Bientôt, il y aura des opérations plus efficaces et de plus grande ampleur".

L'armée turque a en effet pilonné dimanche des positions des Unités de protection du peuple (YPG) situées sur la rive est de l'Euphrate dans le nord de la Syrie, à l'ouest de Kobané (Aïn al-Arab, en arabe), selon l'agence de presse étatique turque Anadolu.

Les YPG sont l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis pour combattre le groupe Etat islamique (EI).

Mais Ankara les considère comme une extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), un groupe qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984.

Si le PKK est classé comme "terroriste" par les alliés occidentaux de la Turquie, ce n'est pas le cas des YPG.

"Chaque fois que la Turquie voit que la situation en Syrie évolue vers une stabilité et une solution politique, elle menace l'est de l'Euphrate et les régions du nord de la Syrie (…)", a regretté mardi soir auprès de l'AFP le porte-parole des YPG, Nouri Mahmoud.

"Les Unités de protection du peuple réagiront à toute menace ou attaque", a-t-il prévenu, qualifiant de "légitime défense" toute éventuelle riposte des YPG à une offensive turque.

M. Erdogan a plusieurs fois menacé ces derniers jours de lancer une offensive à l'est de l'Euphrate, après deux précédentes opérations menées depuis 2016 à l'ouest du fleuve, pour en repousser à la fois l'EI et les YPG.

La Turquie redoute en effet que l'établissement d'une entité kurde à sa frontière ne galvanise les velléités séparatistes sur son sol.

D'après Anadolu, les bombardements turcs ont visé dimanche des abris et des tranchées des YPG sur une colline dans le village de Zur Maghar, situé sur la rive orientale de l'Euphrate en face de la ville de Jarablous.

Le ministère français des Affaires étrangères a fait part dimanche de sa "préoccupation" au sujet de ces frappes, appelant "toutes les parties impliquées à la plus grande retenue".

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, cité par Anadolu, a quant à lui affirmé que l'est de l'Euphrate serait la prochaine étape après Minbej, située à l'ouest du fleuve et où les YPG sont une force dominante.

Au cours des derniers mois, la Turquie a plusieurs fois menacé d'attaquer Minbej, où des militaires américains sont également déployés.

Afin d'éviter une confrontation entre les deux pays alliés au sein de l'Otan, Ankara et Washington sont parvenus à une "feuille de route" prévoyant notamment le retrait des YPG de Minbej. Mais la Turquie s'est plainte récemment de la présence continue de membres de la milice kurde.

La Turquie et les Etats-Unis mènent depuis plusieurs mois des patrouilles séparées mais "coordonnées" à Minbej. Selon M. Akar, des patrouilles "conjointes" prévues par la feuille de route doivent commencer "aujourd'hui (mardi) ou demain".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.