DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Asia Bibi : pour des chrétiens pakistanais, "justice a été rendue"

Vous lisez :

Asia Bibi : pour des chrétiens pakistanais, "justice a été rendue"

Des enfants dans un quartier chrétien d'Islamabad le 31 octobre 2018
@ Copyright :
FAROOQ NAEEM
Taille du texte Aa Aa

L'acquittement de la Pakistanaise Asia Bibi, condamnée à mort en 2010 pour blasphème, a été accueilli avec joie par la minorité chrétienne, qui priait "depuis des années" pour elle et se dit "fière" de sa magistrature.

"La Cour (suprême) l'a acquittée, donc justice a été rendue", s'est félicité le pasteur Javed Masih, qui officie dans une église presbytérienne d'un bidonville chrétien au cœur de la capitale Islamabad.

gi

Quelques heures après l'annonce du verdict, la vie semblait suivre son cours habituel dans ce faubourg très pauvre coincé dans l'une des zones les plus chic de la ville, où les enfants jouaient par terre devant de petites échoppes vendant des produits alimentaires et du lait.

Asia Bibi, mère de cinq enfants, avait été condamnée à la peine capitale pour blasphème à la suite d'une dispute avec une musulmane au sujet d'un verre d'eau. Après des années derrière les barreaux, la Cour suprême a annoncé mercredi son acquittement et ordonné sa libération.

La communauté chrétienne d'Islamabad prévoit des prières spéciales mercredi en l'honneur d'Asia Bibi, ont indiqué plusieurs de ses membres à l'AFP.

"Nous sommes extrêmement heureux que Dieu ait répondu à nos prières. L'Eglise du Pakistan priait pour notre sœur depuis des années", a indiqué le pasteur.

"Nous pensons qu'elle était innocente et était en proie à de la discrimination" religieuse, a-t-il ajouté en référence à la situation difficile des minorités au Pakistan, pays très majoritairement musulman et de culture conservatrice.

- "Prier pour la paix" -

Les chrétiens comme Asia Bibi sont fréquemment visés par des accusations de blasphème, sujet extrêmement sensible au Pakistan et passible de la peine de mort. De simples allégations se terminent régulièrement par des lynchages.

Le cas Bibi avait eu un retentissement international, attirant l'attention des papes Benoît XVI et François. L'une de ses filles a rencontré ce dernier à deux reprises.

Mercredi, les cercles islamistes avaient déjà commencé à se mobiliser pour protester contre le verdict, bloquant des routes dans plusieurs villes et hurlant des slogans menaçants contre la justice.

Une militante des droits de l'homme pakistanaise, Tahira Abdullah, a plaidé pour "une protection d'Etat pour Asia Bibi, ses partisans et son avocat".

Le pasteur Masih a reconnu qu'une "réaction (négative était) certaine" et a appelé le gouvernement à faire en sorte que le jugement "soit appliqué et (la situation sécuritaire) gérée".

"Nous prierons pour la paix dans ce pays", a-t-il dit.

Un autre habitant du quartier, Shahbaz Ashiq, s'est pour sa part déclaré "très fier de notre Cour suprême et de la décision de la justice".

"Si elle n'avait pas été acquittée, nous aurions pensé qu'il n'y avait pas de justice dans ce pays", renchérit un autre chrétien, Shafaqat Masih, qui se dit "très heureux". "Beaucoup de gens ont été pris au piège sur ce thème dans le passé", souligne-t-il.

Le sort de Mme Bibi après sa sortie de prison n'est pas connu pour l'instant. Son mari Ashiq Masih avait estimé avant le verdict qu'elle devrait quitter le Pakistan si elle était libérée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.