DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Boxe: l'AIBA élit Rakhimov et défie le CIO

Vous lisez :

Boxe: l'AIBA élit Rakhimov et défie le CIO

Taille du texte Aa Aa

Les menaces du Comité international olympique (CIO) n'ont pas suffi: l'Ouzbek Gafur Rakhimov est devenu samedi président de la Fédération internationale de boxe (AIBA), à l'issue d'une élection qui laisse planer un doute sur l'avenir de ce sport aux JO.

Après plusieurs heures de tergiversations à Moscou, où l'AIBA organisait depuis vendredi son congrès, Gafur Rakhimov a obtenu 86 votes sur les 134 bulletins comptabilisés par l'instance. Il devance son unique opposant, l'ex-boxeur kazakh Serik Konakbayev.

L'élection aurait dû avoir lieu samedi matin mais a été décalée de plusieurs heures, suite à des problèmes liés au système de vote électronique utilisé par la Fédération. C'est finalement à bulletins secrets qu'elle s'est déroulé, l'AIBA ayant dû trouver de toute urgence une urne pour organiser le scrutin.

Avant le vote, Gafur Rakhimov a assuré lors d'un discours que "la boxe sera évidemment aux Jeux olympiques en 2020, à Paris en 2024 et à Los Angeles en 2028", ajoutant que ceci n'avait "rien à voir avec le choix" du président de l'instance.

L'homme d'affaires de 67 ans est accusé d'être un "criminel majeur" de son pays par le Trésor américain, ce qui avait conduit le CIO à geler ses relations avec l'AIBA quand il avait été nommé président par intérim en janvier.

Le CIO a également arrêté de verser ses aides financières à l'AIBA et menacé d'exclure la boxe des JO-2020 de Tokyo en cas d'élection de M. Rakhimov au congrès de Moscou.

Gafur Rakhimov, de son côté, dément fermement les accusations du Trésor américain. Début octobre, il avait assuré à l'AFP n'avoir "jamais été impliqué dans des organisations criminelles internationales", dénonçant de "fausses allégations fabriquées par le précédent régime" en Ouzbékistan.

- 'sauver la boxe' -

Conscient de la menace qui pèse sur la boxe, sport historique des Jeux olympiques, il avait proposé vendredi un amendement autorisant le président élu à se retirer temporairement de son poste. Cela lui aurait par exemple permis de se mettre en retrait le temps des grandes compétitions pour éviter une suspension de la boxe.

Mais les délégués du Congrès n'ont pas suffisamment soutenu cet amendement, qui a échoué à recueillir la majorité des deux tiers nécessaire à son adoption, compromettant la sortie de crise proposée par l'homme d'affaires.

L'opposant de M. Rakhimov était l'ancien boxeur kazakh Serik Konakbayev, dont la candidature a failli être rejetée parce qu'il n'avait pas envoyé dans les délais impartis sa lettre comprenant le soutien d'au moins 20 fédérations.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) l'avait finalement autorisé mardi à se présenter et il avait obtenu le soutien de plusieurs poids lourds de la boxe, mais cela n'a pas suffi à lui assurer suffisamment de votes.

"Nous sommes ici pour sauver la boxe", avait-il déclaré avant le scrutin, évoquant "le jour le plus important de l'histoire de l'AIBA".

Gafur Rakhimov avait pris la présidence par intérim de l'AIBA, dont il était déjà le vice-président, en janvier 2018 mais la crise de gouvernance de la Fédération de boxe est plus ancienne.

Le précédent président, le Taïwanais Ching Kuo Wu, avait été suspendu par la fédération et contraint à la démission, accusé d'avoir placé l'AIBA "au bord de la faillite" en raison d'une "mauvaise gestion financière", ce dont il s'est toujours défendu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.