DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le PSG prépare le choc de Naples dans les turbulences

Vous lisez :

Le PSG prépare le choc de Naples dans les turbulences

Taille du texte Aa Aa

Accusations, via les Football Leaks, de petits arrangements avec l'UEFA dans le cadre du fair-play financier, mea-culpa de Verratti pour sa conduite en état d'ivresse: le PSG prépare son déplacement crucial en Ligue des champions à Naples en pleine tourmente, se raccrochant au calme trompeur d'un championnat de France écrasé sans concurrence.

. Le fair-play financier, ce poison lent

gi

Les Football Leaks, dessous du foot-business révélés par un collectif de médias européens, dont Mediapart en France, ont remis une pièce dans la machine à ternir l'image.

Le PSG aurait donc été "couvert" par l'UEFA, et notamment ses deux patrons de l'époque (Michel Platini, président déchu, et Gianni Infantino, devenu depuis N°1 de la Fifa), pour échapper aux sanctions les plus graves - exclusion de la Ligue des champions - en dépit d'entorses au fair-play financier selon lequel un club ne peut dépenser plus que ce qu'il ne génère en propre.

"Il faut être raisonnable et essayer de trouver des solutions qui ne nuisent pas à la qualité" de la compétition, peut-on lire dans un document interne de l'UEFA rapporté dans les Football Leaks.

Résultat ? Le PSG, possédé par les Qataris depuis 2011, n'a écopé, principalement, en 2014 que d'une amende de 60 M EUR dont 20 ferme.

"Il n'y a aucun accord secret, tout a été fait dans la transparence", a rétorqué auprès de l'AFP Jean-Claude Blanc, le directeur général délégué du Paris SG.

Mais le club parisien n'est pas tiré d'affaire. Une nouvelle procédure visant les dépenses pour Neymar et Kylian Mbappé (montage de plus de 400 M EUR) a été ouverte en septembre 2017, classée en juin 2018, puis ressortie pour "examen approfondi" par l'organe de contrôle financier de l'UEFA. Les accusations des Football Leaks déboucheront-elles sur des sanctions plus dures ?

Tout cela inquiète forcément l'état major parisien. "On n'est pas paranoïaques mais malgré tout, cela laisse à penser que c'est difficile d'être un nouvel entrant, un club qui veut grandir vite, déplore Jean-Claude Blanc auprès de l'AFP. On ne peut pas en permanence modifier des règles. On est aujourd'hui dans l'incertitude parce que nous sommes suspendus à la décision de l'UEFA. Cette incertitude n'est pas normale pour un club de cette taille, de cette ambition".

. Verratti s'excuse, Cavani espéré

Lille (2-1), pour sa 12e victoire en autant de matches en L1, nouveau record européen du meilleur départ dans une saison (effaçant Tottenham, avec 11, en 1960-61). Mais le championnat de France paraît trop facile pour un PSG qui a du mal en Ligue des champions, avant un déplacement crucial mardi à Naples, qui l'a neutralisé à l'aller (2-2).

"Ce match de mardi va être un peu la guerre", prévient le capitaine Thiago Silva. Sauf que certains soldats du PSG sont indisciplinés.

Marco Verratti est ainsi venu faire profil bas devant la presse vendredi soir après avoir été contrôlé en milieu de semaine en état d'ivresse au volant. "J'ai fait une bêtise, j'ai fait une erreur. Je m'excuse. Je m'excuse aussi auprès des supporters", a lancé le milieu italien.

"Ce n'est pas bien ce qu'il a fait", a commenté

Vendredi soir, le PSG a battu

son coach Thomas Tuchel, dont l'effectif compile les écarts. Dimanche dernier, le technicien allemand avait déjà dû recadrer Kylian Mbappé et Adrien Rabiot, arrivés en retard à une causerie d'avant-match.

Interrogé sur ces problèmes disciplinaires, Thiago Silva l'a joué en mode apaisement. "Quand j'étais jeune je ne faisais pas la même chose. Même si je faisais parfois des bêtises. Je crois que Mbappé, Rabiot et Verratti sont très intelligents. Le coach va essayer de les aider tous les trois et nous on va essayer d'être derrière lui aussi", a-t-il confié sur Canal+ Sports.

Et puis il y a des soldats qui sont blessés, comme Edinson Cavani. Lui qui disait dans la semaine à l'AFP vouloir jouer contre Lille "pour être à 100% contre Naples" n'était même pas sur la feuille de match vendredi face au Losc.

"Je n'ai pas voulu prendre de risque", a exposé Tuchel, qui "espère" que son attaquant uruguayen sera capable de jouer mardi à Naples, son ancien club.

"Si on perd là-bas, c'est presque fini", a résumé Thiago Silva.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.