DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: Lyon, patient, domine largement le Stade Français

Vous lisez :

Top 14: Lyon, patient, domine largement le Stade Français

Top 14: Lyon, patient, domine largement le Stade Français
Taille du texte Aa Aa

Lyon s'est largement imposé contre le Stade Français (41-6) dimanche au stade de Gerland pour le compte de la 9e journée de Top 14, hésitant en première période mais emballant la fin du match pour revenir à un point des Parisiens, distancés au classement.

Largement battus à Bordeaux le week-end dernier, les Lyonnais décrochent avec cinq essais un succès bonifié et remontent à la quatrième place du championnat avant le dernier match de la journée entre Montpellier et le Racing.

gi

Pas de triomphalisme néanmoins chez le manager lyonnais: "les joueurs n'ont pas baissé la tête après une première demi-heure compliquée. Mais cette équipe doit encore grandir. Certains joueurs peuvent encore parfois baisser la tête. Nous avons su nous re-concentrer pour bien faire des choses simples et, bizarrement, la réussite est revenue", a commenté Pierre Mignoni.

De son côté, le Stade Français, privé de plusieurs internationaux, rate l'occasion de rester au contact du leader clermontois et reste à la troisième place du classement derrière Toulouse. "Nous avons eu une semaine difficile, entre l'absence des internationaux, des blessés, l'intégration de jeunes joueurs. Chaque défaite nous inquiète. Nous allons nous regarder dans la glace et travailler sur ce qui ne va pas", a réagi Heyneke Meyer, manager du Stade Français.

Le LOU a su attendre pour emballer sa victoire, facilitée par le carton jaune infligé en fin de match au deuxième ligne parisien Mathieu de Giovanni (72e). Dans la foulée, les Lyonnais assuraient le point du bonus avec un essai de pénalité sur mêlée enfoncée (73e). Charlie Ngatai (74e) et Noa Nakaitaci (77e) donnaient au score une ampleur inespérée à la mi-temps (6-6).

Les Lyonnais ont été longtemps été méfiants, rechignant à se découvrir et rendant beaucoup de ballons au pied aux Parisiens qui ouvraient logiquement la marque sur une pénalité de leur ouvreur, Morne Steyn (10e), après une première tentative repoussée par le poteau. Grâce à une bonne défense et le pied de ce dernier, précieux dans l'occupation, les visiteurs doublaient la mise sur un drop à la demi-heure de jeu (6-0, 28e).

Maladroit en conquête, à l'image de ces deux mauvais lancers en touche (18e, 27e), et approximatif dans les vingt-deux mètres adverses avec de nombreuses fautes d'en-avant – Beauxis 22e, 33e, Oosthuizen 36e –, le LOU profitait de sa domination en mêlée et surtout de l'indiscipline de son adversaire (8 pénalités concédées en première période) pour recoller au score avant la pause, grâce à deux pénalités de son ouvreur, Lionel Beauxis.

En seconde période, après avoir raté des occasions sur des ballons de récupération, Lyon trouvait enfin l'ouverture sur une attaque au large conclue par l'ailier néo-zélandais, Toby Arnold (13-6, 55e). Puis le pilier gauche Albertus Buckle, en force, permettait à son équipe de faire le break (20-6, 62e).

Désormais privés de ballons, les Parisiens passaient l'essentiel de leur temps à défendre, gâchant leurs quelques munitions, à l'instar de ce lancer en touche pas droit (68e) dans le camp lyonnais.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.