DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yémen: intensification des combats à Hodeida, des dizaines de rebelles tués

Vous lisez :

Yémen: intensification des combats à Hodeida, des dizaines de rebelles tués

Le port d'Hodeida, au Yémen, le 24 juin 2018
@ Copyright :
ABDO HYDER
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines de rebelles Houthis ont été tués depuis samedi dans des combats et des frappes aériennes sur Hodeida, ville portuaire stratégique de l'ouest du Yémen, ont affirmé dimanche à l'AFP des sources médicales.

Sur le plan humanitaire, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a exhorté "toutes les parties" en conflit à cesser les hostilités, qualifiant le pays en guerre d'"enfer sur terre" pour les enfants, frappés par la famine.

gi

Hodeida, tenue par les Houthis, est depuis jeudi le théâtre de combats avec les forces progouvernementales qui cherchent à reprendre la ville, ainsi que de frappes aériennes attribuées à la coalition anti-rebelles dirigée par l'Arabie saoudite.

Au total, 53 combattants Houthis ont été tués et des dizaines d'autres blessés depuis samedi, ont indiqué à l'AFP des sources médicales à Hodeida.

Les forces loyalistes ont elles perdu 13 hommes, ont affirmé d'autres sources médicales à Aden et Mokha, villes sous contrôle gouvernemental où les cadavres ont été transportés.

La chaîne de télévision rebelle Al-Massirah a fait état de frappes aériennes dans la région de Hodeida.

Les combats entre forces progouvernementales et rebelles ont lieu depuis jeudi dans les environs de l'Université et se sont intensifiés samedi et dans la matinée de dimanche, selon une source au sein des forces progouvernementales.

- "Enfer sur terre" -

Les Nations unies ont exhorté les belligérants à s'asseoir à la table des négociations dans un délai d'un mois, après avoir tenté sans succès en septembre d'organiser des pourparlers de paix à Genève.

"Le Yémen est aujourd'hui un enfer sur terre, non pas pour 50 à 60% des enfants, c'est un enfer sur terre pour chaque garçon et fille au Yémen", a déclaré dimanche le directeur de l'Unicef pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Geert Cappelaere, lors d'une conférence de presse à Amman.

"Les chiffres, en fait, ne disent pas grand-chose mais sont importants car ils nous appellent tous à réaliser à quel point la situation est devenue désastreuse", a-t-il encore dit.

Selon ce responsable, 1,8 million d'enfants âgés de moins de cinq ans sont en situation de "malnutrition aigüe".

"Tous les 10 minutes, un enfant meurt en raison de maladies qui pourraient être évitées", a également indiqué M. Cappelaere.

L'actrice Angelina Jolie, envoyée spéciale du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), a lancé dimanche un appel pressant en faveur d'un cessez-le-feu.

Elle a déploré le fait que la communauté internationale ait été "honteusement lente à agir" au Yémen qui est "au bord d'une famine créée par l'Homme" et qui "fait face à la pire épidémie de choléra depuis des décennies", selon un communiqué du HCR.

La coalition anti-rebelles intervient au Yémen depuis 2015 sous commandement saoudien pour rétablir dans la capitale Sanaa le gouvernement internationalement reconnu du président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié à Ryad.

Outre Sanaa, les Houthis, soutenus par l'Iran, tiennent d'autres villes comme Hodeida, point d'entrée de trois quarts des importations au Yémen.

"Le port de Hodeida est un point vital pour 70 à 80% de la population yéménite (...) parce que c'est seulement via Hodeida que sont acheminées les livraisons commerciales et humanitaires qui nous permettent de fournir l'aide au nord du pays", a indiqué dimanche M. Cappelaere.

Le Yémen est ravagé par une guerre qui a fait quelque 10.000 morts et plus de 56.000 blessés selon l'Organisation mondiale de la santé, mais des responsables humanitaires estiment que le bilan réel des victimes est bien plus élevé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.