DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lille: Anelka, l'ancien bad boy devient éducateur

Vous lisez :

Lille: Anelka, l'ancien bad boy devient éducateur

Lille: Anelka, l'ancien bad boy devient éducateur
Taille du texte Aa Aa

Nouveau dribble pour l'ex-enfant terrible du football français: Nicolas Anelka, l'homme par qui le scandale de Knysna et la grève des Bleus lors du Mondial-2010 sont arrivés, va prodiguer ses conseils aux jeunes attaquants du centre de formation de Lille (L1).

L'ancien attaquant du PSG, d'Arsenal, du Real Madrid ou encore Chelsea, aujourd'hui âgé de 39 ans, "interviendra auprès du centre de formation lillois et de ses jeunes pensionnaires en tant que conseiller, plus particulièrement sur le travail et le poste spécifiques d’attaquant", a précisé le club nordiste.

gi

Bien qu'il soit venu à plusieurs reprises assister à des matches des Dogues cette saison, l'arrivée d'Anelka(69 sélections, 14 buts) au Domaine de Luchin, le centre d'entraînement du Losc, a créé la surprise.

- "Une réelle envie de se lancer" -

"Nicolas a une réelle envie de se lancer. Il ne veut pas la lumière et se retrouver chez les pros. Il va amener son expertise et sa connaissance du poste d'attaquant chez nos jeunes mais il ne veut pas encore être exposé au niveau professionnel", a expliqué l'entraîneur lillois Christophe Galtier mercredi midi en conférence de presse.

"La défense et le milieu travaillent spécifiquement sur le hors-jeu ou le placement en ligne alors que le travail des attaquants consiste souvent en des ateliers autour des courses. Nous voulons mettre en place au niveau des jeunes un programme spécifique sur ce poste", a souligné auprès de l'AFP Gérard Lopez, le président du club lillois, précisant qu'Anelka allait "intervenir auprès des jeunes de 14 ans jusqu'à l'équipe réserve".

Interrogé sur la possibilité qu'Anelka puisse intervenir auprès du groupe professionnel, Galtier a déclaré ne pas être encore en mesure de le dire: "Je ne peux pas vous répondre car je n'ai pas encore échangé avec lui. J'ai rencontré Nicolas lors d'un passage chez nous contre Marseille, avant et après le match (fin septembre, ndlr). Je sais qu'il a une réelle envie, le président Gérard Lopez a déjà échangé avec moi sur ce sujet-là mais Luis Campos (directeur sportif, ndlr) et moi n'avons pas encore échangé avec Nicolas."

- Insultes -

Jeune joueur, Anelka était promis à un avenir radieux lorsqu'il a quitté le PSG à 17 ans pour rejoindre les Gunners. Et s'il a connu une riche carrière, elle a toutefois été très mouvementée. Et il ne s'est jamais vraiment remis du scandale de Knysna.

Lors du funeste Mondial sud-africain en 2010, Anelka avait été exclu de l'équipe de France après avoir proféré des insultes envers le sélectionneur Raymond Domenech à la mi-temps du match France-Mexique (0-2). Des insultes qu'il a toujours niées.

Le lendemain, devant les caméras du monde entier, ses coéquipiers avaient refusé de s'entraîner à leur camp de base de Knysna pour protester contre cette éviction. Cette grève avait indigné la France et reste aujourd'hui comme le moment le plus sombre de l'histoire du football français.

Anelka avait été suspendu 18 matches par la commission de discipline de la Fédération française de football (FFF) en août 2010, une sanction qu'il qualifia de "mascarade".

Après cet incident, l'attaquant avait encore connu une saison faste avec Chelsea, avant que sa carrière ne se termine en Inde en 2015, après des passages en Chine, en Italie et un bref retour en Angleterre.

Huit ans après Knysna, Nicolas Anelka a semble-t-il envie de faire profiter les jeunes joueurs lillois de son expérience. Trouvera-t-il les mots justes ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.