DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marseille: éteindre l'incendie contre Dijon

Vous lisez :

Marseille: éteindre l'incendie contre Dijon

Marseille: éteindre l'incendie contre Dijon
Taille du texte Aa Aa

S'il ne veut pas passer la mini-trêve dans un brasier, l'Olympique de Marseille, battu lors de ses quatre derniers matches, doit absolument vaincre Dijon, dimanche (17h00) au Vélodrome pour la 13e journée de Ligue 1.

Ils se sont mis le feu tout seuls. Piteusement éliminés de la Ligue Europa, tombés à 6 points du podium (6e), incapables d'arrêter les buteurs adverses, les Marseillais sont au plus mal.

gi

"Il ne nous manque pas grand chose", tempère Dimitri Payet. "On a montré un état d'esprit complètement différent à la Lazio Rome (défaite 2-1), il y a eu révolte, du jeu, des occasions... Mais on arrive encore à prendre deux buts et à perdre. Mais ça va tourner", promet le capitaine.

Ils n'ont gagné qu'un match sur deux (8 sur 16) depuis le début de cette saison, très loin de leurs ambitions et des succès de l'exercice écoulé. De la finale de C3 à une sortie en poules au bout de quatre journées seulement, les hommes de Rudi Garcia dégringolent.

L'entraîneur, suspendu de banc pour son exclusion contre le Paris SG (défaite 2-0), a promis du changement. Il a commencé le brassage à Rome, en envoyant Boubacar Kamara, Jordan Amavi et Valère Germain en tribunes. Ce premier électrochoc n'a pas empêché la défaite (2-1), et donc l'élimination.

- Le mystère Strootman -

Il faudra lire attentivement la composition du onze de départ contre Dijon pour trouver les joueurs "sanctionnés".

Kamara, par exemple, n'a que 18 ans, sa place en tribunes au stade Olympique de Rome peut être lue comme une volonté de le faire souffler un peu psychologiquement, après trois sorties ratées. Et puis l'entrée à nouveau calamiteuse de Duje Caleta-Car à sa place n'en fait pas pour l'instant un concurrent sévère.

Le "vieux" Rolando, de retour d'une rupture du tendon d'Achille à la dernière journée de la saison écoulée, n'a joué qu'avec la réserve. Mais la défense va si mal, autour d'un Adil Rami encore décevant, qu'un peu de la sérénité diffusée par le Cap-Verdien ne ferait pas de mal.

Sur le flanc gauche, Jordan Amavi, moyen ou mauvais depuis près d'un an et une convocation surprise en équipe de France à l'automne 2017, risque de durer plus.

Au milieu, le mystère Kevin Strootman s'épaissit. La star du recrutement estival n'est toujours pas à son niveau d'international néerlandais. Ils se marchent en outre sur les pieds avec Luiz Gustavo, un des patrons de l'équipe.

- Dijon va encore plus mal -

Garcia n'a pas encore réussi à faire jouer ensemble de manière profitable ses deux récupérateurs.

Côté buteurs inefficaces, l'entrée incolore de Kostas Mitroglou à l'Olimpico ne donne pas envie de le revoir. Contre la Lazio, Clinton Njie n'a pas marqué non plus mais au moins il a bougé.

L'alternance Germain/Mitroglou pourrait se poursuivre, comme depuis le début de la saison, avec cette fois chacun son tour d'aller en tribunes et non sur le terrain...

Enfin, pour animer le jeu, Garcia ne peut pas se priver de Dimitri Payet et Florian Thauvin, qui ont porté l'équipe en début de saison.

Remplaçant à Rome, "Dim" a piqué du nez depuis quelques semaines mais ses coups de patte peuvent toujours débloquer un match.

"Flotov" lui n'a pas réglé ses problèmes de crampons, il a été aperçu au bord des larmes à cause de la douleur sur la pelouse de l'Olimpico. "Je pense que ça ira", dit Garcia de son meilleur buteur (8 buts toutes compétitions confondues).

Heureusement pour l'OM, son adversaire de dimanche est à l'agonie. Le DFCO n'a plus gagné en Ligue 1 depuis la 3e journée et son départ canon, où le club bourguignon était co-leader avec le Paris SG après avoir pris 9 points sur 9.

La perte de confiance est encore plus nette chez les Rouges, humiliés à Gaston Gérard par Nîmes (4-0) la semaine dernière.

Cette fameuse confiance que Garcia veut préserver des flammes. "On est sur une série de quatre défaites, pas admissible à l'OM, elle nous laisse une frustration, mais il faut la mettre sur le terrain".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.