DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fair-play financier: l'UEFA pourra rouvrir des dossiers clos

Vous lisez :

Fair-play financier: l'UEFA pourra rouvrir des dossiers clos

Fair-play financier: l'UEFA pourra rouvrir des dossiers clos
Taille du texte Aa Aa

"Si de nouvelles informations suggèrent que des cas précédemment classés n'ont pas été correctement traités, ces cas pourront être rouverts": dans le contexte des révélations des Football Leaks, l'UEFA s'est donné la possibilité de réétudier la situation financière de clubs européens, a-t-elle annoncé dans un communiqué à l'AFP lundi soir.

"L'UEFA réalise chaque année une évaluation de tous les clubs par rapport aux exigences du fair-play financier en terme d'équilibre économique", indique l'instance dans un communiqué.

gi

"Si de nouvelles informations ayant trait à cette évaluation sont révélées, l'UEFA les utilisera pour les confronter aux chiffres" fournis précédemment "et demandera des explications, des clarifications ou des démentis aux clubs concernés", ajoute-t-elle.

Cette annonce intervient alors que les révélations des Football Leaks, un projet de plusieurs médias européens ayant eu accès à des documents révélant les dessous du football, ont remis en question l'efficacité du fair-play financier (FPF), mis en place au début des années 2010.

Ce dispositif interdit aux clubs engagés en compétitions européennes de dépenser plus qu'ils ne gagnent par leur propre moyen, dans la limite de 30 millions d'euros de déficit sur trois saisons. Et aux clubs de s'appuyer sur des rentrées d'argent autres que celles qu'ils génèrent par eux-mêmes.

Or, les Football Leaks estiment, documents à l'appui, que plusieurs clubs, comme Manchester City ou le Paris SG, ont tenté de dribbler les règles du FPF.

Au total, le site français Mediapart accuse l'UEFA d'avoir "blanchi plus de six milliards d'euros d'injections de cash", alors que les clubs sont censés ne vivre que de leurs revenus propres. "Ces privilégiés ont pu vivre au-dessus de leurs moyens, en dehors de toute rationalité économique et en violation des règles du fair-play financier", indique encore Mediapart.

Début novembre, Rafaele Poli, responsable de l'Observatoire du football au Centre international d'étude du sport (CIES) de Neuchâtel (Suisse), avait estimé auprès de l'AFP que "si les règles avaient été appliquées, elles auraient dû freiner la croissance de ces deux grands clubs", le PSG et Manchester City. "Mais cela arrangeait l'UEFA d'avoir un peu plus de concurrence dans sa compétition majeure, donc, on a trouvé des arrangements".

"Les révélations récentes imposent l'ouverture des dossiers, car trop de petits clubs ont été sanctionnés alors que les gros sont épargnés", avait estimé un autre bon connaisseur du football européen, sous couvert d'anonymat. "Mais ceci n'est pas nouveau: dès 2012/2013, les dettes de certains clubs ont été écartées afin d'établir leur solidité financière dans le cadre du FPF".

La nouvelle approche, annoncée par l'UEFA dans la nuit de lundi à mardi, "s'applique universellement à tous les clubs candidats à une licence UEFA et à participer aux compétitions de clubs européennes", c'est-à-dire la Ligue des champions et la Ligue Europa, affirme encore l'UEFA.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.