DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opposant Navalny empêché de quitter la Russie pour Strasbourg

Vous lisez :

L'opposant Navalny empêché de quitter la Russie pour Strasbourg

L'opposant Navalny empêché de quitter la Russie pour Strasbourg
Taille du texte Aa Aa

L'opposant russe Alexeï Navalny a indiqué mardi avoir été bloqué à la frontière et empêché de quitter le pays pour se rendre à Strasbourg, où la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) doit se prononcer jeudi sur plusieurs requêtes visant l'Etat russe.

Le service fédéral des huissiers de justice, qui a pouvoir en Russie d'appliquer de telles interdictions de sortie du territoire notamment pour des amendes impayées, a ensuite confirmé, mais a affirmé que l'interdiction avait été levée.

gi

"Les gardes-frontière m'ont indiqué que j'ai l'interdiction de quitter la Russie. Il y a une lettre disant que la sortie du territoire m'est interdite, mais elle n'explique pas pourquoi", avait déclaré M. Navalny sur son compte Twitter.

Il s'apprêtait à prendre un vol pour Francfort en vue de rejoindre Strasbourg, où la CEDH doit se prononcer jeudi sur plusieurs requêtes de l'opposant, qui demande aux 17 juges européens composant la Grande chambre de reconnaître les "motivations politiques" de ses arrestations à répétition.

Son avocat, Ivan Jdanov, avait expliqué à l'AFP n'avoir reçu aucun document faisant état d'une interdiction de quitter le territoire russe, ajoutant qu'Alexeï Navalny avait pu se rendre sans problème à Vienne en octobre. Ilavait indiqué que M. Navalny allait contester en justice cette interdiction.

Le service fédéral russe des huissiers de justice a ensuite indiqué que cette interdiction de sortie du territoire était due à une amende impayée de 2,1 millions de roubles (27.400 euros) liée à une condamnation de 2013. Quelques heures plus tard, il a ajouté qu'Alexeï Navalny avait payé son amende et était désormais libre de voyager à l'étranger.

"Après que le service a confirmé les informations sur la décision de justice et les restrictions introduites à son égard, le débiteur Alexeï Navalny a rapidement et entièrement rempli ses obligations", a déclaré ce service à l'agence TASS: "Toutes les restrictions et interdictions ont été annulées".

L'opposant avait été condamné en 2013 pour avoir organisé le détournement de 400.000 euros au détriment d'une société publique d'exploitation forestière alors qu'il était consultant du gouverneur de la région de Kirov, un libéral aujourd'hui en prison. Il a toujours dénoncé cette accusation, ourdie selon lui pour l'exclure de la scène politique.

Entre 2013 et 2017, M. Navalny ne pouvait pas se rendre à l'étranger car les autorités russes refusaient de lui fournir un passeport à cause des poursuites judiciaires le visant à l'époque.

Il avait finalement reçu un passeport et été autorisé à quitter la Russie en mai 2017 pour se faire soigner en Espagne d'une brûlure à l'oeil reçue lors d'une agression à Moscou.

Le militant anticorruption de 42 ans, avocat de formation, a écopé de multiples condamnations à des amendes ou de courtes peines de détention ces dernières années. Il est la principale figure de l'opposition russe depuis d'imposantes manifestations en 2011 et 2012. Plusieurs manifestations ont eu lieu récemment à son initiative et sa rhétorique anticorruption trouve un écho particulier auprès des jeunes qui le suivent sur internet.

L'opposant, qui se dit victime "d'arrestations illégales" et de "privations de liberté arbitraires", a dénoncé en vain ces arrestations devant les juridictions russes avant de saisir la Cour de Strasbourg, introduisant cinq requêtes entre 2012 et 2014.

Il avait été déclaré inéligible à la présidentielle de mars à cause de sa condamnation liée à l'affaire de Kirov.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.