DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lloris: "Retrouver la solidité défensive" contre l'Uruguay

Vous lisez :

Lloris: "Retrouver la solidité défensive" contre l'Uruguay

Lloris: "Retrouver la solidité défensive" contre l'Uruguay
Taille du texte Aa Aa

La défaite vendredi aux Pays-Bas (2-0) doit "servir pour les futures échéances", notamment lors des qualifications pour l'Euro-2020, a expliqué lundi le capitaine des Bleus Hugo Lloris, à la veille du match amical contre l'Uruguay.

"Il faut retrouver cette solidité défensive" qui était la marque de fabrique des champions du monde, et non opter pour un football plus offensif qui n'est pas dans "l'ADN du football français", selon le gardien.

gi

Q: Le groupe a-t-il digéré le match perdu contre les Pays-Bas ?

R: "Le digérer non. Le meilleur moyen de le digérer serait d'avoir une bonne nouvelle mardi soir et de gagner contre l'Uruguay pour finir en beauté cette année".

Q: L'équipe a-t-elle été coupable d'un certain relâchement ?

R: "Je ne pense pas qu'on ait pris le match à la légère, l'adversaire a réalisé une très grande performance. L'équipe de France a la réputation d'être plutôt agressive, présente dans les duels et sur le match de l'autre soir dans cet aspect-là les Hollandais nous ont mangés".

Q: La défaite modifie-t-elle l'état d'esprit des Bleus ?

R: "Il faut que ça nous serve pour les futures échéances et notamment les qualifications de l'Euro. Il y a plein d'enseignements à tirer et il faut que ça nous serve pour le futur. On avait eu une alerte face à l'Islande (2-2 mi-octobre) même si ça ne restait qu'un amical, on ne pensait pas que ça puisse nous arriver sur un match officiel. Mais encore une fois il faut souligner la grande performance des Hollandais".

Q: L'équipe de France pourrait-elle changer et se tourner vers un football de possession ?

R: "Je ne crois pas que le football de possession soit dans l'ADN du foot français. L'essentiel, c'est surtout le réalisme, que ce soit défensivement ou offensivement. Ce qui a fait la réussite des Hollandais c'est en termes d'agressivité, d'intensité. Ils ont gagné beaucoup plus de duels que nous. C'est le cas aussi quand on regarde des équipes comme Barcelone ou Manchester City qui jouent un football offensif, de possession. Mais on se rend compte que c'est également l'intensité qu'ils mettent dans les courses, les passes, les duels, sur les deuxièmes ballons".

Q: Quelle leçon retirez-vous de la victoire contre l'Uruguay en quart de finale du Mondial ?

R: "On a pu s'appuyer sur des bases très solides lors du Mondial, et face à l'Uruguay c'était l'exemple même. On a contrôlé le match parce que défensivement on a été très forts. On a concédé très peu d'occasions. Maintenant l'Uruguay reste une très belle équipe, ils ont une paire offensive (avec Luis Suarez et Edinson Cavani, NDLR) qui est certainement une des meilleures au monde. Demain, même si c'est un amical, ça reste un beau match à jouer. Le quart de finale avait été maîtrisé mais ça avait demandé beaucoup d'efforts, d'énergie et de concentration et on avait répondu à toutes ces exigences".

Q: Vous avez effectué 9 arrêts contre les Pays-Bas, un record personnel. Comment expliquez-vous ce chiffre ?

R: "C'est une question d'ensemble, d'équilibre. Ca fait pas mal d'années que je suis en équipe de France et j'ai pas forcément eu l'habitude d'avoir autant de sollicitations dans mes performances. Ca montre qu'il y a des failles, il faut retrouver cette solidité qui faisait notre force notamment pendant la Coupe du monde. Lorsqu'on peut s'appuyer sur une base défensive très solide, ça donne de la confiance aux joueurs, à notre secteur offensif, et ça permet à tout le monde d'être beaucoup plus relâché dans la créativité".

Q: Quel regard portez-vous sur votre parcours en Bleu, débuté il y a dix ans ?

R: "Dix ans ce n'est pas rien, ça reste spécial à titre personnel. Ca demande du travail, de la constance au plus haut-niveau, de la régularité, même s'il y a toujours des hauts et des bas à gérer que ce soit individuellement ou collectivement. J'ai connu des moments douloureux, de joie, des grands moments partagés avec le public français. En tout cas ce n'est pas donné à tout le monde, c'est un privilège de toujours porter ce maillot des Bleus et j'ai toujours l'envie de continuer et de bien faire, de revivre de grands moments comme ç'a pu être le cas cet été".

Propos recueillis en conférence de presse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.