DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe Davis: Chardy balayé par Coric, Tsonga sous pression

Vous lisez :

Coupe Davis: Chardy balayé par Coric, Tsonga sous pression

Coupe Davis: Chardy balayé par Coric, Tsonga sous pression
Taille du texte Aa Aa

La pression est maximale sur les épaules de Jo-Wilfried Tsonga, condamné à l'exploit face à Marin Cilic dans le deuxième simple de la finale de la Coupe Davis, après la lourde défaite en ouverture de Jérémy Chardy contre le Croate Borna Coric (6-2, 7-5, 6-4), vendredi au Stade Pierre-Mauroy de Villeneuve-d'Ascq.

Face à l'imposant Cilic, N.7 mondial, le Manceau, de retour de blessure depuis deux mois seulement et tombé au 259e rang mondial, va devoir réussir une performance digne de celle du revenant Henri Leconte en finale de la Coupe Davis 1991 contre Pete Sampras, pour permettre à la France de continuer de rêver à un rare doublé dans l'épreuve.

gi

Un sacré pari tenté par le capitaine Yannick Noah, qui avait également joué gros jeudi en écartant son N.1 Lucas Pouille au profit de Chardy.

Son premier coup de poker a fait pschitt. Le Palois, qui était jusque-là invaincu sur terre battue intérieure en Coupe Davis avec 5 succès, a été balayé par Coric, qui réalise la meilleure saison de sa carrière.

D'entrée, le 12e joueur mondial a étouffé le Français en l'agressant du fond de court et en se montrant intraitable sur sa mise en jeu. Coric a breaké d'entrée Chardy, un brin tendu, et a poursuivi sur sa lancée pour remporter la première manche 6-2 en à peine plus d'une demi-heure.

La deuxième manche a été plus accrochée mais le Français n'a pas réussi à convertir les deux balles de break qu'il s'est procurées. Le Croate, lui, n'a pas laissé passer sa chance. Il a pris la mise en jeu du Français à 5-5, avant de conclure sur son service pour s'imposer 7-5.

Dans la troisième manche, Coric a connu une petite alerte quand il s'est fait masser les cuisses par son capitaine à 3-2, après avoir breaké Chardy, puis a demandé à rentrer au vestiaire à 4-3.

- Le pari Tsonga -

Les Bleus ont pu croire que leur bonne étoile était revenue, après les multiples renoncements qui ont bénéficié à Noah et ses hommes depuis deux ans (Murray, Djokovic, Nishikori, Nadal...). Mais Coric est revenu sur le court quelques minutes plus tard pour finir le travail (6-4) face à un Chardy très maladroit.

"Borna a très bien joué, il ne m'a pas laissé prendre confiance et trouver mon rythme. Il a bien joué tactiquement", a reconnu le Palois.

Cette première rencontre à sens unique a confirmé que la tâche serait ardue pour les Bleus lors de cette finale face au seul adversaire qui a résisté à Noah depuis son retour au capitanat en 2016. En demi-finale, cette année-là, les Bleus avaient chuté à Zadar, face à Cilic et Coric.

Tsonga, blessé, n'était pas là.

Ce week-end, le Manceau vit un retour en pleine lumière encore inimaginable il y a quelques semaines. Le joueur de 33 ans n'est revenu à la compétition que mi-septembre après avoir été tenu hors circuit pendant plus de sept mois par son genou gauche opéré (ménisque) puis récalcitrant.

"Ca a été un long chemin pour revenir sur les courts, j'ai le sentiment d'avoir ma place et j'espère le prouver", avait annoncé Tsonga jeudi. C'est plus que jamais le moment de le faire... Mais sa tâche s'annonce ardue face au géant croate, qu'il n'a battu qu'une fois sur leurs cinq dernières confrontations.

Ce week-end signe la fin de la troisième ère du capitaine Noah, qui va passer la main à Amélie Mauresmo. La fin aussi du format traditionnel de la Coupe Davis au profit, dès 2019, d'une formule radicalement transformée, condensée autour d'une semaine et réunissant dix-huit nations, sauf rebondissement en fin de saison, à Madrid.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.