DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Arrestation à Miami du frère du président hondurien, soupçonné de liens avec le narco-trafic

Vous lisez :

Arrestation à Miami du frère du président hondurien, soupçonné de liens avec le narco-trafic

Arrestation à Miami du frère du président hondurien, soupçonné de liens avec le narco-trafic
Taille du texte Aa Aa

Juan Antonio Hernandez, frère du président hondurien Juan Orlando Hernandez et soupçonné de liens avec des cartels de trafic de drogue, a été arrêté vendredi à Miami (Floride, États-Unis), a annoncé le gouvernement hondurien dans un communiqué.

"Aujourd'hui (vendredi) le citoyen hondurien Juan Antonio Hernandez, frère de l'actuel président de la République du Honduras, a été arrêté dans la ville de Miami, aux États-Unis", selon le communiqué gouvernemental.

gi

Le 24 octobre dernier, le président du Honduras "a clairement indiqué que pour lui, personne n'est au-dessus des lois", alors que des "rumeurs de plus en plus insistantes" disaient son frère lié au trafic de drogue, a rappelé le gouvernement.

"C'est un coup dur, c'est triste, c'est difficile", a reconnu le président Hernandez d'une voix tremblante à des journalistes à l'occasion du congrès de son parti Parti National (PN, droite). Visiblement affecté, Orlando Hernandez a demandé de respecter la présomption d'innocence, tout en réaffirmant sa détermination à lutter contre le trafic de drogue, en étroite collaboration avec les États-Unis.

L'ancien chef du cartel Los Cachiros, Devis Leonel Rivera Maradiaga, a assuré en mars 2017 devant un tribunal de New York avoir payé Antonio Hernandez pour que le gouvernement hondurien solde une dette contractée envers son organisation de trafic de drogue.

Le narco-trafiquant a également témoigné contre Fabio Lobo, fils de l'ancien président hondurien Porfio Lobo (2010-2014), qui a été condamné à 24 ans de prison pour avoir collaboré avec le cartel Los Cachiros. Devis Leonel Rivera Maradiaga avait précisé que son organisation était en affaires avec le gouvernement par l'intermédiaire de l'entreprise Inrimar, qui servait à blanchir l'argent du trafic.

Le frère de l'actuel président avait déjà été mis en cause en octobre 2016 par un militaire hondurien, Santos Rodríguez. Celui-ci avait dénoncé les liens de Juan Antonio Hernandez avec le narco-trafic et l'avait accusé d'avoir trempé dans un complot visant à assassiner l'ambassadeur américain à Tegucigalpa, James Nealon.

Ces accusations avaient été rejetées par Juan Antonio Hernandez, qui était alors député.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.