DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Opep débat d'une baisse de production de pétrole face à la chute des cours

Vous lisez :

L'Opep débat d'une baisse de production de pétrole face à la chute des cours

Une raffinerie sur l'île de Kharg (Iran)
@ Copyright :
-
Taille du texte Aa Aa

Les producteurs de pétrole de l'Opep et leurs partenaires vont débattre cette semaine à Vienne d'une baisse de leurs objectifs de production, tiraillés entre l'envie d'enrayer la chute des cours et la pression américaine pour maintenir les prix bas.

Le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) ont déjà annoncé lors du G20 que l'accord de limitation de la production qui les lie depuis fin 2016 sera prolongé en 2019.

gi

Mais les ministres des deux géants du pétrole et de leurs partenaires, qui se réunissent jeudi et vendredi, vont désormais oeuvrer en vue d'affiner le contenu et tenter de regagner leur crédibilité auprès des marchés.

Parmi les premiers arrivés dans la capitale autrichienne, le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, s'est montré prudent.

"Il y aura une rencontre avec les 25 pays, et nous verrons", a-t-il espéré.

Les producteurs réunis à Vienne représentent plus de la moitié de l'offre mondiale, et s'ils continuent d'extraire de l'or noir à des niveaux record, ils risquent en effet de voir les prix continuer de flancher.

Les cours du brut ont chuté de plus de 30% en deux mois et évoluent désormais autour de 60 dollars pour le baril de Brent - la référence européenne.

Mais s'ils durcissent leur accord de limitation de leur production, ils pourraient mettre à mal la croissance mondiale, très dépendante d'un carburant à un prix abordable.

- Foudre américaine -

L'Arabie saoudite pourrait également s'attirer les foudres de Washington, où le président Donald Trump a multiplié les attaques contre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), alors que les relations entre le royaume et son allié américain sont entachées par le meurtre du journaliste opposant Jamal Khashoggi.

"Des prix bas ne sont pas une option pour (le prince héritier) MBS, qui a besoin d'un baril plus cher pour appliquer son plan économique", ont commenté les analystes de Energy Aspects, qui ajoutent que "la clef sera de trouver un accord avec M. Trump".

La position de Washington pourrait cependant évoluer, souligne Giovanni Staunovo, analyste d'UBS dans une note où il rappelle que les producteurs américains de pétrole de schiste ont besoin d'un niveau élevé de prix pour que leurs exploitations aux technologies de pointe restent rentables.

"Nous pensons que l'expérience de fin 2014, quand l'Opep avait refusé d'abaisser sa production et que les prix avaient plongé à 45 dollars le baril en janvier 2015, est encore fraîche dans les esprits", a écrit M. Staunovo.

Ce fiasco de l'Opep avait fait perdre de la crédibilité à l'Organisation.

Depuis, une alliance avec d'autres producteurs, dont la Russie, a permis au groupe de contribuer à la remontée des prix du brut jusqu'à début octobre 2018.

- Discussions russo-saoudiennes -

Mais en juin dernier, les producteurs avaient assoupli leur discipline. L'objectif était de permettre à la Russie et à l'Arabie saoudite d'extraire davantage pour compenser les pertes prévues de barils iraniens. Les Etats-Unis avaient annoncé en effet pour novembre le rétablissement des sanctions contre les importations de pétrole iranien, ce qui devait réduire l'offre mondiale.

Pari raté pour Moscou et Ryad ? Au dernier moment, les Etats-Unis ont accordé des exemptions à huit pays importateurs, à des niveaux plus élevés que ne l'attendait le marché. Cette décision a provoqué le plongeon des prix de ces deux derniers mois, effaçant les gains engrangés depuis début 2017.

Reste à savoir si l'alliance fera machine arrière en adoptant de nouvelles baisses de production et, si elle le fait, comment seront réparties les baisses.

Les discussions pourraient être houleuses, alors que certains pays voient d'un mauvais oeil l'Arabie saoudite dicter la conduite de l'Opep.

Le Qatar annoncé lundi qu'il allait quitter l'Organisation en janvier, alors que l'Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec le pays en juin 2017.

Si Doha ne représente que 2% de la production de l'Opep, l'Iran a multiplié ces derniers mois les critiques contre l'Organisation dont le pays est le troisième producteur, accusant son rival saoudien de faire le jeu des Américains.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.