DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris SG: à l'Etoile rouge, gare au traquenard

Taille du texte Aa Aa

Le Paris SG avait étrillé l'Etoile Rouge au match aller (6-1), et vient de battre le finaliste de la précédente Ligue des champions, Liverpool (2-1)... Mais attention, les Serbes sont intraitables à Belgrade et la qualification n'est pas encore assurée, avant la dernière journée de C1 mardi (21h00).

Une victoire mardi au fameux "Marakana", aussi célèbre et bouillant que délabré, qualifierait à coup sûr le PSG pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Pas si anodin, au vu du groupe relevé dans lequel l'avait versé le tirage au sort. Mais Naples a fait match nul en Serbie (0-0), et Liverpool a perdu 2-0. "C'est un grand défi de gagner ici, ce n'est pas facile, c'est très clair", a estimé l'entraîneur Thomas Tuchel lundi.

"Le premier match, on les a beaucoup respectés. Là on va jouer chez nous et chez nous on est une autre équipe", a ainsi averti le Franco-Comorien, El Fardou Ben Nabouhane, milieu offensif de l'Etoile Rouge. D'autant que les Serbes peuvent encore espérer se qualifier pour la Ligue Europa.

Si Paris ne gagne pas, son avenir européen dépendra du résultat de Liverpool - Naples, qui se jouera dans le même temps à Anfield Road.

Une défaite des Reds ou un match nul ferait les affaires des hommes de Thomas Tuchel, mais une victoire de Liverpool couplée à une défaite du PSG reverserait ce dernier en Ligue Europa. Une belle compétition, mais pas celle pour laquelle ses actionnaires qataris ont dépensé tant d'argent...

D'autant que Paris reste en quête de revenus supplémentaires dans la perspective du fair-play financier de l'UEFA, qui lui vaut d'être sous le coup d'une enquête. Or la Ligue des champions est beaucoup plus lucrative que sa petite soeur européenne.

Enfin, si Paris fait match nul et si Liverpool bat Naples, il y aura une égalité à trois entre ces clubs, alors tous à neuf points.

- Soupçons de trucage -

Pour ne pas avoir à calculer, il s'agit donc de gagner. Bousculé par Naples (nuls 2-2 puis 1-1), battu en ouverture par Liverpool (3-2), le PSG a repris du poil de la bête lors de la 5e journée, face à des Reds quand même décevants.

"Il y a un avant et un après Liverpool, on a fait quelque chose de beau", a estimé Kylian Mbappé lundi. "Mais il va falloir être dans la continuité, ne pas se relâcher car ça ne rimera à rien d'avoir fait le match qu'on a fait contre Liverpool si c'est pour être éliminé" mardi.

Le match en Serbie se dispute toutefois dans un contexte particulier, donnant à ce match du coeur du mois de décembre un petit goût de traquenard. L'aller avait été entaché de soupçons de trucage de la part du club serbe, et une information judiciaire a été ouverte en France. Le club vainqueur de la Coupe des clubs champions 1991 s'est dit "scandalisé et dégoûté" par ces accusations. Lundi, il a balayé une question sur le sujet en conférence de presse: ce n'est pas le sujet.

En outre, de brefs heurts entre supporters ont eu lieu en marge de ce match au Parc des Princes et le président de la Serbie Aleksandar Vucic avait stigmatisé "les bandits et hooligans qui ont attaqué les supporters de l'Etoile Rouge avec des bâtons".

- Bouillants supporters -

De quoi faire peser la menace d'un "match retour" entre fans, alors que les "Delije" (Les "Héros"), bouillants supporters du "Zvezda", sont connus pour leur violence, leurs liens avec le monde criminel et leur ultranationalisme? Les suiveurs du club serbe ne sont pas inquiets, mais le déplacement des quelque 500 supporters parisiens sera en tout cas très encadré, et l'ambassade de France a appelé ses ressortissants à la prudence le jour du match.

Les Parisiens, arrivés en Serbie lundi après-midi, devront aussi être prudents sur le terrain. Car depuis le passage du club sous pavillon qatari, à l'été 2011, ils ont acquis saison après saison la réputation d'équipe friable mentalement, prompte à craquer sous la pression ou dans un contexte hostile.

Si un vrai-faux suspense a plané sur la présence de Neymar, très bon face à Liverpool, le N.10 star devrait sauf surprise bien tenir son rang en Serbie, tout comme l'intenable Kylian Mbappé. "Il sera là et il va démontrer sa qualité pour nous aider à gagner", a dit le second du premier.

Alors que le nouvel entraîneur Thomas Tuchel est jusque là salué pour ses résultats, Paris tient en tout cas une bonne opportunité de faire la preuve qu'il a progressé dans sa gestion des contextes délicats, dans le froid serbe de décembre et le tumulte du "Marakana".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.