DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

AG2R La Mondiale: l'ambition au-delà de Bardet

AG2R La Mondiale: l'ambition au-delà de Bardet
Taille du texte Aa Aa

Une saison consistante avec un goût d'inachevé: à l'exemple de Romain Bardet, son chef de file charismatique, l'équipe AG2R La Mondiale vise à franchir un échelon supplémentaire la saison prochaine, dans les classiques et les courses par étapes.

Le "goût d'inachevé", suivant l'expression de Bardet lors de la présentation de sa formation mardi matin à Paris, est dû surtout au Tour de France qui n'a pas répondu aux attentes malgré sa sixième place au classement général assortie du maillot blanc de meilleur jeune de Pierre Latour, le champion de France du contre-la-montre.

"On n'a pas pu mettre en place ce que l'on voulait faire, on reporte d'un an nos ambitions", a sobrement commenté Bardet en soulignant que le sport cycliste comporte "sa part d'aléas", pour l'essentiel les chutes qui ont désorganisé son groupe.

En 2019, le groupe mise sur la progression de ses éléments à défaut de renforts spectaculaires. Trois recrues (Bouchard, Godon, Warbasse) ont été intégrées en attendant que le Finlandais Jaako Hänninen, très en vue en fin de saison, rejoigne l'équipe pendant l'été.

Consistante, la saison 2018 l'a été aussi dans les classiques à la grande satisfaction de Vincent Lavenu, directeur général de la formation basée en Savoie. Les deuxièmes places de Romain Bardet aux Strade Bianche et du Suisse Silvan Dillier à Paris-Roubaix ont d'ailleurs été saluées par le président de l'Union cycliste internationale (UCI) David Lappartient présent à la cérémonie.

- Naesen lorgne les Flandres -

De quoi ambitionner désormais la victoire ? L'équipe française, qui n'avait guère réussi jusqu'alors dans les classiques dites de pavés, compte sur Dillier ainsi que l'ex-champion de Belgique Oliver Naesen. "Mon rêve, c'est le Tour des Flandres", avoue Naesen. "Ce qui m'a manqué cette année, c'est la réussite".

La stabilité ("il n'y avait pas la nécessité de bouleverser le noyau dur de l'équipe", a estimé Lavenu) s'est imposée pour le groupe dont sept éléments ont été mis en valeur lors de la présentation parisienne (Bardet, Dillier, Gallopin, Geniez, Latour, Naesen, Vuillermoz). Autrement dit l'ossature théorique pour le Tour de France, à ceci près qu'Alexis Vuillermoz se consacrera en priorité l'an prochain au Giro pour lequel il sera associé à Tony Gallopin.

"Le Tour sera le point d'orgue de ma saison", a confirmé Bardet. Mais l'Auvergnat cherche à éviter la routine et souhaite courir une grande classique avant Liège-Bastogne-Liège. Son programme précis reste à déterminer même si les grandes lignes sont connues.

Dans les courses par étapes d'une semaine (Tour de Catalogne, probablement le Tour de Romandie, Dauphiné), il entend se confronter à ses futurs rivaux du Tour. Dès le mois de mars, il aura un premier test sur Paris-Nice qu'il avait délaissé en 2018. "J'ai toujours eu un peu de mal sur Paris-Nice, a-t-il expliqué mardi, mais les retournements (des dernières éditions) en fin de semaine me donnent envie d'être acteur et c'est une course qui fait partie de l'histoire du cyclisme français".

Avec 11 coureurs (sur un effectif de 29) passés par le centre de formation de Chambéry, son équipe possède en tout cas une réelle identité. Le budget a été revu en légère baisse (16,5 millions d'euros contre 17 millions), l'équipementier cycles a changé (Eddy Merckx a remplacé Factor) mais les ambitions sont élevées. "On ne sera pas favori", a résumé Lavenu, "mais on fait partie des équipes qui ont la possibilité de remporter le Tour".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.