Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Apple: les iPhone toujours commercialisés en Chine malgré l'interdiction d'un tribunal

Apple: les iPhone toujours commercialisés en Chine malgré l'interdiction d'un tribunal
Taille du texte Aa Aa

Les magasins Apple en Chine continuaient mardi de commercialiser des iPhone en dépit de l'interdiction de vente prononcée par un tribunal local, à l'heure où la marque à la pomme affronte un feu de critiques nationalistes dans le pays dans le sillage de l'affaire Huawei.

Selon le géant américain des semi-conducteurs Qualcomm, le tribunal intermédiaire de Fuzhou (est de la Chine) a ordonné à quatre filiales chinoises d'Apple de cesser la vente et l'importation de la plupart des modèles d'iPhone, accusés par Qualcomm de violer certains de ses brevets.

Mais les magasins Apple contactés par l'AFP à Pékin, Shanghai et Fuzhou ont assuré qu'ils continuaient de proposer à la vente les appareils concernés, confirmant un communiqué de l'entreprise.

Apple a indiqué vouloir utiliser tous les moyens légaux pour se défendre. De leur côté, des employés d'un Apple Store de Pékin ont précisé n'avoir reçu aucune directive interne au sujet de l'injonction du tribunal.

"Si l'interdiction s'imposait, il n'y aurait plus de produits Apple à moins de 6.500 yuans (825 euros) en Chine", de quoi laisser libre cours aux fabricants chinois de smartphones à commencer par le géant des télécoms Huawei, indique à l'AFP Wang Xi, analyste du cabinet IDC.

Ce revers judiciaire, nouvel épisode dans une longue bataille qui oppose Apple à son compatriote Qualcomm, intervient alors que les iPhone sont la cible en Chine d'un vif ressentiment nationaliste après l'arrestation au Canada d'une dirigeante de Huawei, à l'instigation des Etats-Unis.

Celle-ci, Meng Wanzhou, est soupçonnée de complicité de fraude visant à contourner les sanctions américaines contre l'Iran. Pékin a violemment dénoncé un traitement "inhumain", à l'unisson d'une vaste campagne d'indignation des médias officiels chinois.

De quoi, par contrecoup, alimenter une vague de réactions nationalistes très hostiles à Apple sur la populaire plateforme de microblogs Weibo: "Et si la Chine fermait ses portes à Apple, de la même manière que les Etats-Unis proscrit Huawei?", fulminait un internaute.

Plusieurs entreprises technologiques chinoises ont emboîté le pas: Chengdu RYD Information Technology, firme tech du sud-ouest, a promis à ses employés des "récompenses" s'ils achetaient des appareils Huawei, selon une notice interne divulguée en ligne et confirmée par l'entreprise sur son compte officiel de messagerie WeChat.

De même, la Chambre de commerce de Nanchong à Shanghai a confirmé offrir des subventions à ses employés désireux d'acquérir un smartphone Huawei et qu'au contraire, les employés et dirigeants utilisant des produits Apple risquaient de "perdre leur poste".

Longtemps très populaire en Chine, Apple a dégringolé au cinquième rang des vendeurs de smartphones sur ce marché stratégique, dépassé par l'essor fulgurant des fabricants locaux - Huawei, Xiaomi et les nouveaux-venus Oppo et Vivo - selon le cabinet IDC.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.