DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Caen: ouverture d'un procès en appel du "Dr Mabuse", Bernard Sainz

Caen: ouverture d'un procès en appel du "Dr Mabuse", Bernard Sainz
Taille du texte Aa Aa

Bernard Sainz, alias "Dr Mabuse", 75 ans, comparait depuis mercredi matin devant la Cour d'appel de Caen, après sa condamnation en première instance en 2017 pour aide au dopage dans le monde du cyclisme semi-professionnel.

Le 5 septembre 2017, celui qui n'est pas médecin mais se présente comme un naturopathe, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Caen à neuf mois de prison ferme et 20.000 euros d'amende pour aide ou incitation des sportifs à l'usage de substances ou procédés interdits aux sportifs dans le cadre d'une compétition.

"Les témoignages (...) disent tous la même chose. Le rôle de Bernard Sainz, c'est la rédaction de protocoles de dopage qu'il dicte" au coureur, avait estimé à l'audience, le 4 juillet 2017, Joséphine Lecardeur, vice-procureur de la République.

Bernard Sainz avait nié toute volonté de doper.

Le "Dr Mabuse", qui comparaît détenu, a depuis été mis en examen et écroué en novembre 2017 pour exercice illégal de la médecine et incitation à l'utilisation par des sportifs de substances ou méthodes dopantes interdites, dans le cadre d'une enquête ouverte à Paris.

Cette procédure fait suite à la diffusion d'un reportage en caméra cachée de l'émission Cash investigation, diffusé en 2016 sur France 2 et réalisé en collaboration avec Le Monde. Selon le reportage, les journalistes l'avaient surpris en train de conseiller des protocoles de dopage à des cyclistes.

Coureur cycliste amateur dans les années 1960, Bernard Sainz s'est fait connaître en devenant directeur sportif adjoint d'une équipe professionnelle de premier plan (Fagor-Mercier puis Gan-Mercier), dont les vedettes étaient le légendaire Raymond Poulidor et Cyrille Guimard, l'actuel sélectionneur de l'équipe de France.

Au fil des années, il s'est reconverti dans les soins aux sportifs et aux chevaux. Il est devenu "docteur Mabuse", le surnom ambigu qui fait référence au personnage machiavélique et insaisissable popularisé par le cinéaste Fritz Lang.

Bernard Sainz a déjà été condamné en 2014 en appel à Paris à deux ans de prison dont vingt mois avec sursis, notamment pour incitation au dopage et exercice illégal de la médecine. En 2013, la cour d'appel de Caen l'avait, elle, condamné à 3.000 euros d'amende pour exercice illégal de la médecine et travail dissimulé dans une affaire de dopage de chevaux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.