DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Etats-Unis accusent la Chine du piratage du groupe hôtelier Marriott

Les Etats-Unis accusent la Chine du piratage du groupe hôtelier Marriott
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont accusé mercredi la Chine de mener des cyberattaques sur leur sol, et lui ont imputé le piratage d'une base de données du géant de l'hôtellerie Marriott contenant des informations sur 500 millions de clients.

"Notre relation avec la Chine est compliquée", "ils mènent des opérations d'espionnage et d'influence ici aux Etats-Unis", a déclaré le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo lors d'un entretien sur la chaîne Fox.

Interrogé sur des articles imputant l'attaque du Marriott à Pékin, il a ajouté: "c'est exact" et précisé que le gouvernement de Donald Trump travaillait à "repousser ces menaces chinoises sur l'Amérique".

Les Etats-Unis prévoient d'inculper prochainement des pirates chinois travaillant pour les services de renseignement ou l'armée de leur pays, et d'imposer des restrictions sur l'importation de matériel technologique, selon plusieurs sources citées par le New York Times.

Les inculpations ne porteront pas sur cette intrusion dans une centrale de réservation du groupe Marriott, découverte en septembre et rendue publique le 30 novembre, précise le quotidien.

Ces mesures pourraient fragiliser la récente trêve dans la guerre commerciale que se livrent les deux puissances, déjà mise à mal par l'arrestation au Canada, à la demande des Etats-Unis, d'une responsable du géant chinois des télécoms Huawei.

Meng Wanzhou, 46 ans, a été remise en liberté sous caution mardi mais reste sous le coup d'une procédure d'extradition.

La base de données piratée du géant hôtelier contenait les noms, possiblement les coordonnées, et parfois également les numéros de carte bancaire et de passeport d'un demi-milliard de clients.

Les services du renseignement américain n'ont pas encore formulé de conclusions définitives sur cette attaque qui aurait débuté il y a quatre ans.

Mais "les premiers indices montrent que l'intrusion a été réalisée par des hackers liés au ministère chinois de la Sécurité d'Etat", écrit le Washington Post en citant des sources anonymes.

Les enquêteurs ont découvert des codes et des procédures semblables à celles utilisées par les pirates chinois, selon le New York Times.

Et aucune des informations copiées n'est apparue sur le "dark web", la face cachée d'internet où se réfugient les criminels, ce qui conforte la thèse d'une attaque à motif politique.

Pour les deux journaux, ce piratage s'inscrit dans une campagne globale de la Chine visant à collecter le maximum d'informations personnelles sur les Américains, dont le point d'orgue fut l'intrusion dans une base de données sur 20 millions de fonctionnaires.

Par ailleurs, l'entreprise de sécurité informatique McAfee a indiqué mercredi avoir détecté des tentatives d'intrusion dans 87 entreprises liées aux secteurs nucléaire, militaire, énergétique ou financier, dans l'ensemble du monde, mais plus particulièrement aux Etats-Unis.

Selon elle, les premiers indices pointent vers la Corée du Nord, mais ils pourraient avoir été laissés intentionnellement pour aiguiller les enquêteurs sur une mauvaise piste.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.