DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump essuie un double camouflet au Sénat américain sur l'Arabie saoudite

Trump essuie un double camouflet au Sénat américain sur l'Arabie saoudite
Taille du texte Aa Aa

Le Sénat américain a infligé jeudi un double revers à Donald Trump en demandant l'arrêt du soutien des Etats-Unis à la coalition internationale au Yémen et en pointant du doigt la responsabilité de Mohammed ben Salmane dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Approuvées grâce aux votes de sénateurs démocrates et républicains, ces deux résolutions distinctes n'iront pas plus loin que le Sénat pour l'instant.

Elles ne devraient pas être débattues à la Chambre des représentants, au moins jusqu'au changement de majorité en janvier, et ne semblent pas prêtes de recevoir la signature du président américain qui entretient de bonnes relations avec l'allié stratégique saoudien.

Mais elles ont une forte portée symbolique et témoignent de l'immense colère des sénateurs face à Ryad, provoquée par ce conflit sanglant et par le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Les 49 démocrates sur les 100 sénateurs américains ont voté en faveur de la résolution sur le Yémen ainsi que sept sénateurs républicains. Trois républicains se sont abstenus.

"Nous ne nous laisserons plus dicter notre engagement militaire par un régime despote et assassin en Arabie saoudite", a réagi le sénateur indépendant Bernie Sanders, l'un des promoteurs de ce texte.

Cette résolution appelle le président américain à "retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaïda ou des forces associées".

Ce vote "envoie un message puissant de la part des Etats-Unis à la coalition" saoudienne, a estimé Daniel Schneiderman, du centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

L'ONU a annoncé jeudi une trêve dans des régions menacées par la famine au Yémen, où quatre ans de guerre ont fait environ 10.000 morts et menacent jusqu'à 20 millions de personnes de famine.

"La paix est possible", a réagi Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine, tout en restant muet sur les votes des sénateurs.

- Prince "responsable" -

Le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell avait appelé à voter contre cette résolution, qui s'attaque plus largement aux prérogatives présidentielles pour engager les Etats-Unis dans des conflits à l'étranger.

Mais dans un geste remarqué, M. McConnell a soutenu la seconde résolution, présentée par le républicain Bob Corker.

En nette contradiction avec les déclarations publiques de M. Trump, qui a mis en doute le rôle de Mohammed ben Salmane, ce texte adopté sans aucune opposition "estime que le prince héritier Mohammed Ben Salmane est responsable du meurtre" du Saoudien Jamal Khashoggi.

Cet éditorialiste du Washington Post a été tué le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul, puis démembré lors d'une opération "non autorisée", selon Ryad.

La résolution exige d'autre part la libération de Raif Badawi, un blogueur emprisonné pour "insulte" à l'islam, de sa soeur Samar Badawi, ainsi que des militantes "prisonnières politiques" arrêtées en 2018.

Les sénateurs prennent soin de souligner que la relation avec Ryad est "importante pour la sécurité des Etats-Unis et ses intérêts économiques".

Mais ils dénoncent les actes "erratiques" du royaume, en citant notamment l'engagement de l'Arabie saoudite dans le guerre au Yémen, l'affaire du Premier ministre libanais Saad Hariri et "la suppression de la dissidence" dans le pays.

Ce comportement affecte, selon le texte, "la relation entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, élément essentiel dans la stabilité de la région" notamment face à l'Iran.

"La condamnation unanime du prince héritier saoudien par le Sénat américain envoie un message fort au roi Salmane: ce problème dans les relations Etats-Unis-Arabie saoudite ne peut pas être glissé sous le tapis ou ignoré", a réagi sur Twitter Martin Indyk, ex-diplomate américain et spécialiste du Moyen-Orient au groupe de réflexion Council on Foreign relations.

"Bravo aux sénateurs républicains encore trop peu nombreux qui se sont élevés pour défendre la décence la plus élémentaire", a-t-il ajouté.

Mais la fronde contre Donald Trump semble bien circonscrite à la question du prince saoudien, "un fou", "dangereux", selon le sénateur républicain Lindsey Graham.

Et le président Trump pourra compter sur un Sénat plus bienveillant en janvier, avec une majorité républicaine renforcée (53-47) et le départ de plusieurs critiques dans ses rangs dont, justement, Bob Corker.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.