Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La France va fournir des véhicules à l'armée burkinabè

La France va fournir des véhicules à l'armée burkinabè
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La France va livrer en 2019 au Burkina Faso 34 pick-up armés afin de renforcer ses forces armées dans leur lutte contre les groupes jihadistes au Sahel, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a signé cet accord après s‘être entretenu, dans l’après-midi, avec la ministre de la Défense, Florence Parly.

Le chef de l’Etat burkinabè a ensuite rencontré, au palais de l’Elysée à Paris, le président Emmanuel Macron, qui a assuré que la France resterait engagée au Sahel “jusqu‘à ce que la victoire soit complète” contre les jihadistes.

Les questions sécuritaires ont dominé l’entretien entre les deux présidents alors que Paris s’inquiète de l’aggravation de la situation sécuritaire au Burkina Faso, en particulier dans l’est.

“La France intervient en soutien du Burkina Faso dans ses efforts de lutte contre le terrorisme, y compris par un appui direct de la force Barkhane”, a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué. “Celui-ci s’est traduit par plusieurs opérations anti-terroristes menées en soutien aux forces armées burkinabè aux frontières du pays avec le Mali”.

“La France restera un partenaire indéfectible du Burkina”, a affirmé M. Macron, un peu plus d’un an après sa visite à Ouagadougou où il avait, le 28 novembre 2017, prononcé un discours sur sa vision des relations franco-africaines.

Selon lui, la France répond “à l’intégralité des engagements pris” vis-à-vis des pays du G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad) pour lutter contre les groupes jihadistes, qui mènent de plus en plus d’attaques dans l’est et le nord du Burkina.

Le président Kaboré a souligné “l’urgence” de la situation sécuritaire, qui a provoqué la fermeture de “600 écoles” dans le pays. Barkhane a répondu aux demandes de Ouagadougou en engageant des moyens aériens et terrestres ces derniers mois, mais il n’est “pas prévu d’augmenter notre implication”, a indiqué M. Macron.

Le Burkina doit prendre en février la présidence tournante, pour un an, du G5 Sahel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.