Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rugby: la FFR et la Ligue souhaitent réformer la catégorie Espoirs

Rugby: la FFR et la Ligue souhaitent réformer la catégorie Espoirs
Taille du texte Aa Aa

La Fédération française de rugby (FFR) et la Ligue nationale de rugby (LNR) ont annoncé vendredi souhaiter réformer la catégorie Espoirs, à laquelle appartenait Nicolas Chauvin, le jeune joueur du Stade Français décédé le 12 décembre après avoir reçu un plaquage en plein match.

Le but est, selon le président de la FFR Bernard Laporte, d'éviter que des jeunes de 18 ans qui "arrivent" du monde amateur, comme Chauvin, soient confrontés à des joueurs de "23 ans plus proches du monde professionnel", beaucoup plus mûrs physiquement et entraînés. Ce qui était le cas avant que ne fusionnent les catégories Reichel (18-20 ans) et Espoirs (moins de 23 ans).

Des joueurs professionnels qui souhaitent par exemple retrouver du temps de jeu après une blessure peuvent également, actuellement, participer à cette compétition, où "on constate une accidentologie plus forte" que dans les autres catégories, selon le président de la LNR, Paul Goze.

"Je pense qu'il faut réduire" la tranche d'âge, a ajouté Laporte devant la presse, après une réunion vendredi matin avec la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, Paul Goze et le président de Provale, le syndicat des joueurs professionnels, Robins Tchale-Watchou.

Paul Goze a également annoncé que la Ligue allait interdire "dès la saison prochaine" à des joueurs amateurs de jouer dans les championnats professionnels Top 14 ou Pro D2, "comme c'est le cas parfois". "Il faudra avoir un contrat professionnel ou (être lié par) une convention avec un centre de formation" a-t-il ajouté.

- Pas de "risque zéro" -

Enfin, Bernard Laporte et Paul Goze ont précisé que les trois mesures proposées jeudi par la Fédération et la Ligue pour améliorer la sécurité des joueurs seraient testées, justement, dans la catégorie Espoirs la saison prochaine. Si World Rugby donne son accord à l'occasion de son forum mondial sur le sujet, les 19 et 20 mars prochains à Paris.

Après le décès de Chauvin, le troisième d'un jeune joueur français en moins de sept mois à la suite d'un plaquage, la FFR et la LNR ont proposé d'abaisser la ligne autorisée de plaquage des épaules à la ceinture, d'interdire le plaquage à deux joueurs et de pénaliser beaucoup plus durement celui tête contre tête.

A la suite de la réunion de vendredi, Roxana Maracineanu a dit avoir eu "l'assurance" que la "Fédération (avait) conscience que le rugby était un sport de contact, d'engagement, mais qui aussi (devait) se pratiquer dans la plus grande sécurité possible".

Tout en comprenant "l'émotion du grand public" après cette série de décès, Bernard Laporte a lui également réaffirmé que "le risque zéro (n'existait) pas, en rugby ou dans les autres sports".

"Il est difficile de dire +il n'y aura plus jamais d'accident sur un terrain de rugby+" a-t-il ajouté, tout en soulignant qu'il y avait "beaucoup moins d'accidents aujourd'hui qu'il y a 10 ans. Mais ça ne suffit pas".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.