DERNIERE MINUTE

Canadiens détenus en Chine: Ottawa appelle ses alliés à la rescousse

Canadiens détenus en Chine: Ottawa appelle ses alliés à la rescousse
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Canada a appelé samedi ses alliés à le soutenir face à Pékin pour obtenir la libération de ses ressortissants détenus “arbitrairement” en Chine, soulignant qu’il s’agissait d’un “précédent inquiétant” pour l’ensemble de la communauté internationale.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland a fait valoir au cours d’une conférence téléphonique que la détention de deux Canadiens —l’ex-diplomate Michael Kovrig et le consultant Michael Spavor— officiellement pour activités “menaçant la sécurité nationale”, n‘était pas un problème purement canadien mais concernait aussi les alliés d’Ottawa.

“Nous pensons qu’il s’agit d’un précédent inquiétant, non seulement pour le Canada, mais pour le monde entier”, a fait valoir Mme Freeland, qui a une nouvelle fois demandé la libération “immédiate” des deux hommes.

De son côté, le Premier ministre Justin Trudeau, qui effectuait une visite surprise aux troupes canadiennes déployées au Mali, a déclaré “attendre des autorités chinoises qu’elles libèrent les ressortissants canadiens”, et souligné que “les Canadiens et le reste du monde trouvaient très troublantes les actions” de Pékin dans cette affaire.

“Nous estimons que le respect de la légalité et des droits des prisonniers sont très importants”, a ajouté le Premier ministre, selon des extraits diffusés à la télévision.

Mme Freeland a remercié les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne pour leurs déclarations de soutien, soulignant qu’Ottawa allait continuer à travailler avec ses alliés et partenaires pour former “un front uni”, afin d’obtenir la libération de ses ressortissants.

“Nous pensons que le Canada est le plus efficace lorsqu’il travaille de concert avec ses alliés et c’est ce que nous faisons”, a ajouté la ministre.

“Je continuerai dans les jours qui viennent à parler de cette question avec mes homologues et les ambassadeurs du Canada feront de même”, a-t-elle dit.

La ministre avait durci le ton face à Pékin vendredi, exigeant la “libération immédiate” des ressortissants canadiens et qualifiant leur détention “d’arbitraire”.

Pour de nombreux observateurs, ces détentions pourraient être un moyen pour la Chine de faire pression sur Ottawa après l’interpellation début décembre à Vancouver de la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, Meng Wanzhou, à la demande de la justice américaine.

Interrogée sur l’existence d’un rapport entre l’interpellation de Mme Meng et l’arrestation des deux Canadiens, Mme Freeland a déclaré que dans les conversations avec les responsables chinois, ceux-ci n’avaient pas évoqué “de lien direct” entre les deux affaires.

“Ce serait tout à fait inapproprié s’il y avait un lien”, a-t-elle cependant ajouté, faisant valoir que la détention, en particulier de citoyens étrangers, devait être fondée sur une procédure juridique stricte, ce qui a été le cas pour Mme Meng, qui a en outre été traitée “avec respect”, a-t-elle dit.

Mme Freeland a indiqué avoir évoqué avec l’ambassadeur de Chine au Canada les conditions de détention des Canadiens mais n’a pas donné de détails sur le sort qu’il leur était réservé.

Elle a reconnu que les relations entre le Canada et la Chine traversaient “clairement une période difficile”, tout en soulignant qu’il était important de poursuivre les discussions avec des responsables chinois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.
Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.