Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans

L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans
Taille du texte Aa Aa

L'Iran a tenu des pourparlers avec les talibans afghans, a annoncé mercredi un haut responsable iranien de la sécurité, quelques jours après l'annonce à Washington d'un prochain retrait partiel des troupes américaines d'Afghanistan.

"Le gouvernement afghan a été tenu au courant des pourparlers menés avec les talibans et ce processus va continuer", a déclaré le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani, cité par Tasnim, une agence proche des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime.

Aucun détail n'a filtré sur l'endroit où ces discussions ont eu lieu.

Les talibans afghans combattent les autorités en place à Kaboul depuis l'intervention militaire américaine en Afghanistan pour chasser les insurgés du pouvoir après les attentats du 11-Septembre 2001.

M. Shamkhani a informé les autorités afghanes de la teneur des discussions lors d'une visite mercredi à Kaboul, selon Tasnim et d'autres agences.

"La République islamique a été un pilier pour la stabilité dans la région et la coopération entre les deux pays va certainement aider à régler les problèmes de sécurité" en Afghanistan, a affirmé le responsable iranien.

Abas Aslani, un reporter de Tasnim, a affirmé sur Twitter qu'il s'agissait de la première confirmation de telles discussions entre l'Iran et les talibans.

- Satisfecit iranien -

L'évocation de ces pourparlers intervient une semaine après l'annonce surprise par un responsable américain de la décision de Donald Trump de retirer "environ la moitié" des 14.000 soldats américains présents en Afghanistan.

La présidence afghane a minimisé l'impact de ce prochain retrait.

L'Iran partage une frontière de plus de 900 km avec l'Afghanistan, avec lequel il a toujours entretenu des relations complexes.

Téhéran a longtemps soutenu ses coreligionnaires chiites: la minorité ethnique Hazara en Afghanistan, violemment persécutée sous le règne des talibans (sunnites) dans les années 90.

L'Iran a travaillé aux côtés des Nations unies et de pays occidentaux pour aider à chasser les talibans après l'invasion dirigée par les Etats-Unis en 2001.

Mais, ces dernières années, certaines allégations de sources afghane et occidentale ont fait état de liens établis entre les Gardiens de la révolution et les talibans pour chasser les forces américaines d'Afghanistan.

Dans ce contexte, l'Iran a accueilli lundi le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, mais aucun détail n'a filtré sur ces discussions.

L'Iran a accueilli favorablement l'annonce par Donald Trump d'un retrait militaire américain de Syrie, mais n'a pas commenté celle d'un retrait partiel de son contingent en Afghanistan.

La présence de troupes américaines en Syrie était "erronée et illogique" dès le départ, a commenté le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi.

Les talibans ont récemment multiplié les attaques contre les autorités afghanes. La dernière en date, contre un complexe gouvernemental lundi à Kaboul, a fait au moins 43 morts.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière à Kaboul depuis qu'un kamikaze s'est fait exploser le mois dernier lors d'un rassemblement de religieux de haut rang, faisant au moins 55 morts.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.