DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quarante "terroristes" tués en Egypte après une attaque contre des touristes

Quarante "terroristes" tués en Egypte après une attaque contre des touristes
Taille du texte Aa Aa

Les forces de sécurité ont tué samedi 40 jihadistes présumés dans des raids en Egypte, au lendemain d'un attentat meurtrier contre des touristes vietnamiens, le premier depuis plus d'un an dans un pays qui a fait de la lutte "antiterroriste" sa priorité absolue.

Vendredi, trois touristes vietnamiens ont été tués ainsi que leur guide égyptien dans l'explosion d'une bombe artisanale au passage de leur bus près du site des pyramides de Guizeh, en périphérie sud-ouest de la capitale égyptienne.

Selon le parquet général, une enquête a été ouverte sur cette attaque qui a également blessé 11 touristes et le chauffeur du bus.

"Le Vietnam est très en colère et condamne fermement l'acte terroriste qui a tué et blessé de nombreux Vietnamiens innocents", a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Le Thi Thu Hang, qui demande à l'Egypte de "punir sévèrement" les auteurs.

Plusieurs pays étrangers ont exprimé leur soutien à l'Egypte, dont les Etats-Unis, ainsi que l'Union européenne. Le Pape François s'est dit "profondément attristé" et "confiant que tous oeuvreront pour vaincre la violence par la solidarité et la paix", selon un télégramme du Vatican.

Le ministère de l'Intérieur égyptien a annoncé aux premières heures de samedi des raids dans la région de Guizeh et dans le Nord-Sinaï (est), où est implanté le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Quarante terroristes ont été tués", 30 dans la région de Guizeh et 10 dans le Nord-Sinaï, selon la même source. "Ils planifiaient une série d'agressions contre les institutions de l'Etat", dont le secteur du tourisme, des lieux de culte chrétiens et les forces de sécurité.

Le ministère n'a pas lié directement les raids policiers à l'attaque de vendredi qui n'a pas encore été revendiquée, mais une source sécuritaire a précisé qu'ils avaient eu lieu à la suite de l'attentat. Ce dernier s'est produit alors que les autorités ont récemment renforcé la sécurité en raison des célébrations des fêtes de Noël.

- "Sape" -

Depuis février dernier, les forces de sécurité mènent une offensive contre l'EI, notamment dans la région du Nord-Sinaï, où environ 500 jihadistes ont été tués, selon l'armée.

Les attaques se sont multipliées en Egypte depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013, en particulier contre les forces de sécurité et la minorité chrétienne copte.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrété l'Etat d'urgence après des attaques contre des églises en avril 2017, une mesure sans cesse renouvelée depuis.

L'attentat de vendredi est le premier contre des touristes depuis juillet 2017. Le secteur crucial du tourisme a souffert de l'instabilité politique et des attentats de groupes extrémistes, dont l'EI, à la suite du soulèvement populaire de janvier 2011 qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak.

"L'attaque sape le message très déterminé du gouvernement égyptien selon lequel le pays est sûr pour les touristes", a déclaré à l'AFP Zack Gold, spécialiste des questions de sécurité au Moyen-Orient et analyste au centre de recherches CNA, basé aux Etats-Unis.

Comme à l'accoutumée, les médias égyptiens ont relayé samedi, à la télévision et sur les réseaux, les photos des jihadistes présumés tués. Elles montrent des hommes ensanglantés, une arme à la main, le visage flouté, gisant dans des cachettes rudimentaires.

Mais ces médias, sous contrôle étroit de l'Etat, ont évoqué de manière succincte l'attentat, un sujet sensible en Egypte où le pouvoir se présente comme un allié majeur des puissances occidentales dans la lutte antiterroriste.

- "Très choqués" -

"Nous avons tous été très choqués", a confié à l'AFP Nguyen Nguyen Vu, 47 ans, frère de l'une des touristes tuées, Nguyen Thuy Quynh, âgée de 56 ans.

Il dit avoir appris la nouvelle dans la nuit, par un appel de son beau-frère, Le Duc Minh blessé et hospitalisé à l'hôpital Al-Haram, près du lieu du drame.

Nguyen Nguyen Vu compte obtenir un visa pour se rendre rapidement au Caire et "ramener (sa) soeur à la maison".

Selon Saigon Tourist, la société de voyages qui a organisé le séjour, les touristes se rendaient dans un restaurant pour dîner au moment de l'attaque. Des responsables de la compagnie sont attendus au Caire.

Le ministère du Tourisme égyptien a annoncé être en contact avec l'ambassade du Vietnam pour "faciliter les procédures de voyage des familles de blessés qui souhaitent se rendre en Egypte".

La plus importante attaque récente contre des touristes, qui a porté le coup le plus dur au secteur du tourisme, remonte au 31 octobre 2015.

L'EI avait revendiqué un attentat à la bombe ayant coûté la vie aux 224 occupants d'un avion russe transportant des touristes russes, après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh dans le Sinaï.

L'Egypte avait enregistré récemment un regain dans le secteur du tourisme, avec 8,2 millions de visiteurs en 2017, selon les chiffres officiels. Mais le pays est encore loin des 14,7 millions de touristes de 2010.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.