Elections en RDC: les évêques disent connaître le vainqueur et demandent la "vérité" à la Céni

Le président de la Céni Corneille Nangaa (au centre) le 2 janvier 2019
Le président de la Céni Corneille Nangaa (au centre) le 2 janvier 2019 -
Tous droits réservés
John WESSELS
Taille du texte Aa Aa

La puissante conférence épiscopale congolaise (Cenco) a indiqué jeudi qu'elle connaissait le nom du vainqueur de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo et a demandé à la Commission électorale (Céni) de proclamer les résultats dans "la vérité et la justice".

La mission d'observation de la Cenco "constate que les données à sa disposition issus des procès-verbaux des bureaux de vote consacre le choix d'un candidat comme président de la République", a déclaré son porte-parole, l'abbé Donatien Nshole.

"Il est important de souligner que les irrégularités observées n'ont pas pu entamer considérablement le choix que le peuple congolais a clairement exprimé dans les urnes", a-t-il ajouté.

"A cet effet, la Céni est appelée en tant qu'institution d'appui à la démocratie de publier en toute responsabilité les résultats des élections dans le respect de la vérité et de la justice", a-t-il poursuivi.

L'abbé Nshole présentait le rapport préliminaire de la Mission d'observation électorale de la commission justice et paix de la Cenco, qui affirme avoir déployé quelque 40.000 observateurs lors des élections dimanche.

Les élections présidentielle, législatives et provinciales de dimanche doivent désigner notamment le successeur du président Joseph Kabila, interdit de nouveau mandat selon la Constitution.

La Céni avait indiqué mardi qu'elle proclamerait les résultats provisoires "au plus tard" dimanche. La Céni a fait savoir jeudi qu'un report de l'annonce était possible.

Le ministre des Médias, Lambert Mende, a rappelé jeudi que seule la Céni était "habilitée à annoncer et publier les résultats des votes".

"Le gouvernement et les cours et tribunaux de la RDC ont la charge de garantir cette intégrité en faisant en sorte notamment que toutes les parties prenantes au processus électoral autre que la Céni s'abstiennent de semer la confusion dans les esprits", avait prévenu le ministre et porte-parole du candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary.

"Les résultats proclamés par la Céni ne sont conformes ni à la vérité ni à la justice", avait déclaré l'ex-archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, le 12 décembre 2011 à l'annonce de la réélection contestée du président Kabila.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.