DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Washington met en garde contre les arrestations "arbitraires" en Chine

Washington met en garde contre les arrestations "arbitraires" en Chine
@ Copyright :
JEFF HAYNES
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis ont renouvelé jeudi leur mise en garde aux Américains qui se rendent en Chine, en mettant l'accent sur l'application "arbitraire" des lois, dans un contexte tendu par l'arrestation de deux Canadiens.

L'avertissement aux voyageurs du département d'Etat américain, mise à jour régulièrement, confirme dans sa version publiée jeudi, que les Américains se rendant en Chine doivent faire preuve d'une "prudence accrue". Elle n'appelle pas à éviter les déplacements.

Reprenant globalement ses mises en garde précédentes, la diplomatie américaine insiste sur le risque "d'application arbitraire des lois locales", sur les interdictions de sortie du pays parfois soudaines et sur le harcèlement dont peuvent, selon elle, être victimes les ressortissants américains d'origine chinoise.

Le nouvel avertissement apporte notamment "des précisions supplémentaires sur le risque d'arrestations arbitraires et d'interdictions de sortie", a dit à l'AFP une porte-parole du département d'Etat.

"Dans la plupart des cas, les ressortissants américains ne découvrent l'interdiction de sortie qu'au moment où ils veulent quitter la Chine, et il n'y a pas moyen de savoir combien de temps l'interdiction va durer", prévient la note aux voyageurs.

Interrogé à ce sujet lors d'un entretien télévisé, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a déclaré que le département d'Etat voulait que les Américains "comprennent le risque mais continuent à aller en Chine lorsque c'est approprié".

"Nous voulions leur faire savoir qu'il y a plus de risques concernant les gens qui vont là-bas et qui ne sont pas autorisés à revenir", a expliqué M. Pompeo sur la chaîne Fox News.

"La Chine est toujours ouverte à la venue de citoyens étrangers, y compris américains, et garantit leur sécurité et leurs droits, dont celui d'entrer et sortir du territoire", a réagi vendredi Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Bien sûr, nous attendons également que ces citoyens étrangers respectent les lois chinoises", a-t-il souligné lors d'un point presse.

Il a estimé que l'avertissement aux voyageurs émis par Washington était en inéquation avec la réalité, soulignant les 2,3 millions de voyages en Chine effectués selon lui par des Américains entre janvier et novembre 2018.

"Dans le sens inverse, ces dernières années, les Etats-Unis ont utilisé toute une série de raisons et d'excuses pour mettre en place des obstacles visant les citoyens chinois désirant entrer aux Etats-Unis et pour mener des vérifications sans raison", a souligné M. Lu.

Les autorités chinoises ont arrêté le mois dernier deux Canadiens, un ex-diplomate et un homme d'affaires, accusés officiellement d'activités qui "menacent la sécurité nationale".

Ces arrestations sont considérées par de nombreux observateurs comme une mesure de représailles à l'interpellation, au Canada, de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, à la demande de la justice américaine, qui l'accuse d'avoir violé les sanctions de Washington contre l'Iran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.