DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coupe de France: Marseille éliminé, sans âme et sans gloire

Taille du texte Aa Aa

La crise germait fin 2018 et l'année 2019 commence très mal: Marseille a été éliminé piteusement en 32e de finale de la Coupe de France, piétiné 2 à 0 par Andrézieux, une équipe de National 2, la 4e division.

Déjà mis à la porte en Ligue Europa et en Coupe de la Ligue, 6e en Ligue 1, l'OM n'avait plus que la Coupe de France pour retrouver des couleurs pour la seconde moitié de saison.

Mais Marseille continue son chemin de croix: c'est son 7e match sans victoire toutes compétitions confondues. Et l'OM rejoint les autres pensionnaires de L1 déjà sortis de la Coupe de France, Nîmes, Angers et Montpellier.

Pourtant, on était loin du traquenard type de la Coupe de France. Le match se disputait dans le stade de Saint-Etienne, soit un environnement totalement professionnel auquel les Phocéens sont forcément habitués contrairement à leurs adversaires, 6es dans leur groupe de N2.

"C'est un cauchemar. On doit faire preuve d'autres valeurs, d'un peu de fierté, d'un peu d'orgueil surtout, choses que je n'ai pas vues. C'est effectivement une grande déception, une très piètre soirée", a fustigé le président marseillais Jacques-Henri Eyraud.

- "L'entraîneur que j'ai choisi" -

La situation devient très inconfortable pour l'entraîneur marseillais Rudi Garcia. Est-il menacé ? "Non, non", a lâché Eyraud devant la presse, avant d'ajouter sur Eurosport: "c'est l'entraîneur que j'ai choisi, il se démène pour trouver des solutions".

Retour sur une débâcle. Devant 15.000 spectateurs --dans une enceinte pouvant en accueillir 42.000-- et sur un terrain impeccable, Andrézieux n'a pas tremblé face au finaliste de la dernière Ligue Europa.

Sans âme, sans envie, imprécis dans les passes et maladroits dans les prises de balles, sans idée offensivement et, pire encore, battus dans les duels, les Marseillais ont été menés dès la 17e minute sur un but inscrit par Bryan Ngwabije. Ce défenseur de 20 ans formé à Lyon a repris de la tête un corner en profitant au passage d'une sortie ratée de Steve Mandanda et d'un mauvais placement de Duje Caleta-Car.

Peu avant, le portier phocéen avait pourtant sauvé l'OM au prix d'une belle parade sur une reprise de Christopher Desmartin, alors que Lenny Leonil ne pouvait ensuite redresser le ballon (12e). Mandanda a encore maintenu son équipe dans le match en repoussant un tir d'Anthony Vacheron (28e). Mais, en fin de rencontre, le champion du monde fut encore impliqué sur le second but ligérien, détournant mal un centre de la gauche de Souleiman Djabour pour Florian Milla (2-0, 83e).

- "C'est inadmissible" -

"C'est inadmissible. Bravo à Andrézieux qui, je le rappelle, évolue en N2. Elle a montré ce qu'est une équipe qui en voulait, qui se battait ensemble. C'est ce qui nous a manqué fortement", a constaté l'entraîneur Rudi Garcia.

"On peut mettre les chiffres en avant, que l'on a tiré 28 fois au but mais nous avons beaucoup échauffé le gardien adverse. Les véritables occasions, nous ne les avons pas mises dedans. Nous n'avons été efficaces ni devant ni derrière", a-t-il encore déploré.

Car l'autre héros de l'équipe forézienne a bien été le gardien Steve Markut qui s'est interposé sur un tir de Morgan Sanson dès la 8e minute et a préservé ensuite sa cage devant Lucas Ocampos et Valère Germain (62e), sur une reprise de la tête de Rolando (63e), ou encore face à Germain, après un bon travail de Florian Thauvin (72e).

La situation devient très inconfortable pour Marseille. La quête d'un grand attaquant au mercato hivernal peut-elle changer la donne ? L'OM s'intéresse à Mario Balotelli, qui n'a pas marqué un but en une demi-saison à Nice...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.