DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Open d'Australie: Serena Williams battue en quarts malgré 4 balles de match

Open d'Australie: Serena Williams battue en quarts malgré 4 balles de match
Taille du texte Aa Aa

Serena Williams, en quête d'une 24e couronne historique en Grand Chelem, a craqué dès les quarts de finale de l'Open d'Australie après s'être procuré quatre balles de match face à la Tchèque Karolina Pliskova (N.8), en trois sets 6-4, 4-6, 7-5, mercredi à Melbourne.

Serena a mené 5 jeux à 1 dans le set décisif avant de se tordre la cheville gauche sur sa première balle de match.

La championne américaine faisait à Melbourne son retour en compétition officielle quatre mois après sa finale explosive perdue à l'US Open. A 37 ans, elle voit s'évanouir une fois de plus son rêve d'égaler le record absolu de trophées en Grand Chelem établi par l'Australienne Margaret Court dans les années 1960-1970. Revenue de maternité il y a moins d'un an, elle avait déjà trébuché deux fois, sur la dernière marche, à Wimbledon (contre Kerber) puis à l'US Open (contre Osaka).

Serena, tombeuse au tour précédent de la N.1 mondiale Simona Halep, a d'abord été malmenée par Pliskova. Empruntée dans ses déplacements, mal inspirée dans ses choix, parfois maladroite dans leur réalisation, manquant d'efficacité au service, elle a accusé un set et un break de retard (3-2) avant d'inverser la tendance, jusqu'à mener 5-1, 40-30. C'est précisément sur ce point qu'elle s'est tordue la cheville gauche sur une reprise d'appuis en fond de court. Elle a alors perdu les six derniers jeux de la partie, malgré trois nouvelles occasions de conclure obtenues à 5-4 sur le service de Pliskova.

- Halep perd son trône -

C'est à Melbourne que l'ex-N.1 mondiale aujourd'hui 16e s'était offert son 23e sacre en Grand Chelem en 2017, en dépossédant au passage l'Allemande Steffi Graf du record de titres majeurs de l'ère Open (23 contre 22). Elle était alors enceinte de huit semaines. L'édition 2018, quatre mois après la naissance de sa fille Olympia, s'était jouée sans elle.

Pliskova affrontera jeudi la Japonaise Naomi Osaka (N.4) pour une place en finale. Une revanche entre les deux protagonistes de la dernière finale de l'US Open, remportée par Osaka aux dépens de la cadette des soeurs Williams, n'aura donc pas lieu.

"Elle a élevé son niveau de jeu, elle a été plus agressive, moi trop passive. C'est dur de jouer contre Serena et contre le vent. J'étais presque aux vestiaires mais maintenant, je suis là en vainqueur. C'est génial", s'est réjouie Pliskova.

La grande Tchèque (1,85 m), finaliste à l'US Open en 2016, réalise d'ores et déjà son meilleur parcours à l'Open d'Australie, elle qui n'y avait encore jamais dépassée les quarts de finale.

L'autre demi-finale opposera la Tchèque Petra Kvitova (N.6) et l'Américaine Danielle Collins (35e), invitée surprise du dernier carré.

Autre enseignement des quarts de finale: le fauteuil de N.1 mondiale, occupé par Halep depuis 48 semaines, va changer de locataire à l'issue de la quinzaine australienne. Trois des quatre joueuses encore en course à Melbourne peuvent y prétendre : Kvitova, Osaka et Pliskova. Mais cette dernière doit impérativement être sacrée samedi pour s'y réinstaller.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.