DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Snowboard: les X Games, la très select "Ligue des champions du freestyle"

Snowboard: les X Games, la très select "Ligue des champions du freestyle"
Taille du texte Aa Aa

Compétition annuelle majeure du ski et snowboard freestyle, les Winter X Games disputés de jeudi à dimanche à Aspen (Colorado) sont une consécration pour quelques participants triés sur le volet.

"C'était incroyable. Je me rappelle en avoir pleuré". Le skieur Français Kévin Rolland, spécialiste du halfpipe, se souvient avec émotion de sa première sélection pour la compétition en 2008.

"C'était mon rêve, les X Games. On (le ski freestyle, ndlr) était loin d'être olympique (c'est devenu le cas en 2014, ndlr), donc c'était vraiment la plus grosse compétition. Je me levais la nuit depuis que j'étais tout gamin pour regarder".

Aux X Games, créés par le groupe audiovisuel américain ESPN en 1995 autour du skateboard et du BMX, puis en 1997 pour la version hivernale, les figures à ski, à snowboard mais aussi à moto-neige s'enchaînent pendant quatre jours.

Des concerts (cette année la tête d'affiche est le rappeur Lil Wayne) entretiennent une ambiance survoltée pour les milliers de spectateurs (ils étaient 105.000 l'année dernière).

"Les X Games c'est la Ligue des champions des sports extrêmes, c'est même la finale de la Ligue des champions. Chaque année c'est LA plus grosse compétition (...) où logiquement tous les athlètes sont à leur pic de forme, c'est là que l'on découvre les nouveaux +tricks+, les plus gros +runs+", détaille Rolland, trois fois vainqueur.

- Enchaînement X Games et Mondiaux -

Le prestige de l'évènement annuel vient notamment du nombre restreint de participants: côté ski, ils ne sont que 16 en slopestyle et 12 en halfpipe invités par l'AFP (Association of Freeskiing Professionnals).

L'organisme invite automatiquement les trois premiers de l'année précédente puis dispose d'un système de classement pour trancher entre les différents "riders", mais ne s'impose aucun critère.

"Par exemple des athlètes invités sans bon résultat, dont on se demande si c'est pas juste sur +le nom+ ou avec le sponsor, ça arrive", prévient Rolland.

Faire partie de la fête reste un privilège rare auquel accède pour la première fois la Française Coline Ballet-Baz, première remplaçante en Big air et deuxième remplaçante en slopestyle.

"Le moment où tu recois ce mail de sélection, c'est magique. Je n'en revenais pas, c'est incomparable à une sélection pour d'autres évènements qui se fait un peu plus facilement, même si les JO et les Mondiaux sont des évènements de renom".

Et comble du bonheur, pas de choix à faire cette année entre les X Games et les Mondiaux de ski et snowboard freestyle, puisque ces derniers se déroulent également aux Etats-Unis, à Park City, une semaine après la fin du show d'Aspen.

En 2015, les deux compétitions s'étaient entrechoquées à cause de calendriers pas coordonnés entre la ligue privée américaine et la Fédération internationale de ski (FIS), privant les Mondiaux des meilleurs riders.

Autre Française invitée, la skieuse spécialiste du slopestyle Tess Ledeux, cousine de Kévin Rolland, tentera de rééditer son exploit de 2017: elle avait pris la 2e place des X Games avant de devenir championne du monde dans la station de Sierra Nevada (Espagne).

Programme des disciplines olympiques des Winter X Games:

Jeudi: ski halfpipe dames et hommes, snowboard Big air dames

Vendredi: ski slopestyle dames, ski Big air dames, snowboard Big air hommes

Samedi: ski Big air hommes, snowboard slopestyle dames et hommes, snowboard halfpipe dames

Dimanche: ski slopestyle hommes, snowboard halfpipe hommes

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.