DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

D'autres entraîneurs l'ont joué comme Jardim à Monaco

D'autres entraîneurs l'ont joué comme Jardim à Monaco
Taille du texte Aa Aa

Rares sont les entreprises qui rappellent un salarié écarté quelques semaines plus tôt. Mais le monde du football est décidément à part et l'exemple de Monaco, où l'ex-coach Leonardo Jardim a effectué son retour à peine un peu plus de trois mois après son départ, n'est pas un cas isolé.

. Antic le "colchonero"

En Espagne, le Serbe Radomir Antic présente la particularité d'avoir entraîné tour à tour les trois grands clubs du pays, le Real Madrid, le FC Barcelone et l'Atlético Madrid. Mais c'est avec le club "colchonero" que sa relation est la plus suivie: entraîneur lors du fameux doublé Liga-Coupe du Roi de 1996, avec notamment l'actuel technicien Diego Simeone comme milieu de terrain, Antic est destitué en juin 1998. Il est rappelé en urgence en mars 1999 après la démission d'Arrigo Sacchi, conduit l'Atlético jusqu'à la finale de Coupe du Roi et s'en va en juin 1999. Puis, après une nouvelle démission, celle de Claudio Ranieri, le truculent président Jesus Gil le rappelle à nouveau en mars 2000 pour tenter de sauver le club de la relégation... qu'il ne peut empêcher, quittant le club en mai 2000.

. Redknapp, le Judas de "Pompey"

Arrivé en 2002 à Portsmouth, Harry Redknapp emmène "Pompey" en Premier League l'année suivante et réussit à maintenir le club à l'issue de sa première saison dans l'élite. Un différend avec le président Milan Mandaric le pousse ensuite vers la sortie... et chez le voisin honni Southampton. Le "Judas" de Pompey ne réussit pas à maintenir les "Saints" en Premier League et quitte le club en 2005, direction Portsmouth. Les fans qui lui souhaitaient de "pourrir en enfer" acceptent son retour, marqué par une Coupe d'Angleterre en 2008. Le manager rejoint ensuite Tottenham, avec les Clés de la Ville de Portsmouth en remerciement.

. L'exception italienne

En Italie, les départs et retours express d'entraîneurs sont moins exceptionnels qu'ailleurs, car les coaches remerciés restent la plupart du temps sous contrat. L'avantage, pour un président de club, c'est d'avoir un entraîneur immédiatement disponible sous la main.

Surnommé "le mange-entraîneurs" quand il était président de Palerme, Maurizio Zamparini a ainsi régulièrement recouru à cette pratique. Francesco Guidolin a ainsi effectué quatre passages sur le banc de l'équipe sicilienne. En 2006-2007, c'est lui qui débute la saison avant de laisser la place en avril à Renzo Gobbo. Celui-ci tient 15 jours avant d'être remplacé par… Guidolin, qui finit la saison. Ce dernier quitte le club en juin, mais reprend à nouveau les commandes en novembre, Zamparini ayant choisi d'écarter Stefano Colantuono.

Lors de la saison 2012-2013, Gian Piero Gasperini (aujourd'hui à l'Atalanta) a récupéré son poste après l'avoir laissé pendant… 19 jours à Alberto Malesani. Mais Gasperini n'a pas fini la saison, laissant la place à Giuseppe Sannino, celui-là même qu'il avait remplacé au mois de septembre.

Plus récemment, le Croate Ivan Juric a multiplié les allers-retours sur le banc du Genoa. Nommé en juin 2016, il a été remercié une première fois en février 2017. Rappelé dès le mois d'avril, il sauve la place du club génois en Serie A. Mais il a à nouveau été relevé de ses fonctions en novembre 2017 et remplacé par Davide Ballardini. Celui-ci tient jusqu'en octobre 2018 avant d'être écarté et remplacé par… Juric. Le Croate ne gardera les rênes de l'équipe qu'un mois et demi avant d'être remplacé par Cesare Prandelli.

. OM et PSG, les précédents

Le come-back de Jardim à Monaco n'est pas une première dans le Championnat de France.

Arrivé sur le banc de Marseille en janvier 1991, Raymond Goethals est remplacé par Tomislav Ivic l'été suivant, avant de récupérer son poste en octobre de la même année. Rebelote la saison suivante: le Belge quitte l'OM à l'été 1992 au profit de Jean Fernandez, avant un nouveau retour dès le mois de novembre.

Le rival parisien connaît une situation un peu semblable au cours de la saison 1987/1988: Gérard Houllier passe le relais quelques semaines à son adjoint, Erick Mombaerts, avant de reprendre les commandes de l'équipe première au sortir de l'hiver. Ecarté en fin de saison, Houllier est remplacé par... Tomislav Ivic.

stt-mam-jed-jta/sk

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.