DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ski: Dominik Paris domine la Streif pour la 3e fois

Ski: Dominik Paris domine la Streif pour la 3e fois
Taille du texte Aa Aa

L'Italien Dominik Paris a remporté pour la 3e fois la mythique descente de Coupe du monde de ski alpin de Kitzbühel (Autriche) vendredi, entrant un peu plus dans la légende de son sport.

Accrocher "la Streif", la piste exigeante à l'extrême de Kitzbühel, à son palmarès est un rêve pour tout descendeur. Le faire trois fois est un exploit: Paris rejoint l'Autrichien Karl Schranz, le Français Luc Alphand et les Suisses Franz Heinzer et Pirmin Zurbriggen. Seules les légendes autrichienne et suisse Franz Klammer (4 victoires) et Didier Cuche (5) ont fait mieux.

Cuche justement pensait peut-être avoir trouvé un héritier lorsque son compatriote Beat Feuz a pris la tête de la course avec son dossard 7. Mais le meilleur descendeur du moment, champion du monde en 2017 et tenant du globe de descente, a encore buté sur le mythe et termine 2e, comme en 2016.

Le colosse italien Dominik Paris lui a grillé la politesse sur le Hahnenkamm (la "Crête de coq", le nom du massif) pour 20/100e et confirme son aisance dans la bruyante station du Tyrol après avoir déjà gagné en 2013 et 2017.

La surface de la piste, jugée particulièrement glacée cette année par plusieurs skieurs, a sûrement profité à l'Italien, chanteur occasionnel dans un groupe de hard rock, à l'aise dans ces conditions: il avait remporté la descente et le super-G de Bormio (Italie) fin décembre sur une piste déjà très "bleue".

- Kriechmayr l'équilibriste -

Après avoir été refroidi par Feuz puis Paris, qui ont repoussé les Autrichiens au classement, le public a finalement fait honneur à sa réputation en rugissant à l'arrivée du local Omar Striedinger, qui complète le podium à 37/100e.

L'ambiance était moindre que d'habitude pour la descente, la reine des courses ayant été avancée au vendredi (plutôt que samedi) à cause des conditions météo prévues ce week-end. Les spectateurs ont d'ailleurs rendez-vous avec les slalomeurs samedi, les spécialistes de vitesse reviendront pour un super-G dimanche.

Alors qu'aucun accident n'était à déplorer sur la "Streif", qui a déjà brisé la carrière de plusieurs skieurs, le Suédois Alexander Koell, parti 45e, a lourdement chuté juste avant le saut d'arrivée.

Avant lui l'un des favoris, l'Autrichien Vincent Kriechmayr, a connu une grande frayeur après le saut du "Hausbergkante" en perdant l'équilibre, mais en réussissant par miracle à rétablir sa trajectoire en frôlant les filets de sécurité.

Comme souvent depuis le début de l'hiver le meilleur Français a été Johan Clarey, 11e, juste devant Adrien Théaux. Nicolas Raffort (14e) et Maxence Muzaton (20e) accrochent aussi le top 20.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.