Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Contestée il y a peu, Nancy Pelosi triomphe face à Donald Trump

Nancy Pelosi au Capitole le 24 janvier 2019
Nancy Pelosi au Capitole le 24 janvier 2019 -
Tous droits réservés
ALEX WONG
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Reconnue à gauche et à droite comme la grande gagnante du bras de fer sur le “shutdown” aux Etats-Unis, la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi s’est affirmée comme chef de file d’un parti où elle était contestée il y a encore peu.

Les propos étaient mesurés, savamment pesés, lorsque Nancy Pelosi s’est exprimée vendredi, après Donald Trump, qui avait accepté de sortir de l’impasse budgétaire dans lequel se trouvait le pays depuis 35 jours, sans obtenir de financement pour son fameux “mur”.

Pressée par des journalistes à qualifier cet incontestable succès politique, la septuagénaire à la mise toujours impeccable a évité tous les pièges du triomphalisme et refusé de critiquer ouvertement le président des Etats-Unis.

Mais pour tout ce que Washington compte d’analystes, ou presque, il y a bien un vainqueur à la crise du “shutdown”.

“Je suis un vigoureux supporteur du président, mais il faut appeler un chat un chat”, a commenté le présentateur conservateur Lou Dobbs sur la chaîne Fox Business Network, “c’est une victoire pour Nancy Pelosi”.

L’ancien promoteur immobilier peut encore compter sur un dernier carré de partisans, à l’instar du présentateur vedette de la chaîne Fox News, Sean Hannity, pour qui “tous ceux qui pensent que le président a cédé ne connaissent pas le Donald Trump que je connais. Il a toutes les cartes en mains aujourd’hui.”

Mais beaucoup ont, pour la première fois depuis la prise de fonction de Donald Trump, un discours ouvertement critique face à ce qui s’apparente à une retraite.

La présidente de la Chambre des représentants a même affirmé son avantage quelques heures après la sortie de l’impasse budgétaire en refusant que Donald Trump tienne son discours annuel sur l‘état de l’Union mardi.

Initialement prévue le 29 janvier, l’allocution avait été repoussée sine die par Nancy Pelosi du fait du “shutdown”, et la native de Baltimore n’a pas voulu revenir sur ce report.

- Trump a-t-il aidé Pelosi ? –

Depuis un quart de siècle que les “shutdowns” sont devenus récurrents, c’est systématiquement l’opinion et sa perception qui ont dicté qui sortirait vainqueur de la confrontation entre démocrates et républicains.

Avant l’impasse budgétaire, les sondages indiquaient qu’une nette majorité d’Américains était opposée au fameux “mur” de Donald Trump à la frontière avec le Mexique et une majorité également à un “shutdown”.

Et dès la publication des premiers baromètres après la fermeture d’une partie des services de l’Etat, il est apparu clair que cette même opinion considérait, encore plus majoritairement, Donald Trump comme responsable de la crise.

Forte de ce soutien public, Nancy Pelosi a refusé les quelques approches de Donald Trump, notamment lorsque le président a proposé d’inclure dans la discussion la régularisation d’immigrés sous statut précaire (DACA).

“C’est Pelosi (…) qui devrait être morte politiquement. Mais au lieu de ça, (…) c’est Trump qui a l’air d’avoir perdu sa magie”, a écrit Jen Kerns, éditorialiste pour le site conservateur The Daily Caller.

La vétérante démocrate de 78 ans, issue de la plus grande famille de politiques de Baltimore, est aussi parvenue, avec l’appui de son collègue chef de file démocrate au Sénat, Chuck Schumer, à éviter, le temps du “shutdown”, les dissensions au sein de son parti.

Le pari était loin d‘être gagné, quelque semaines seulement après une fronde anti-Pelosi menée par la jeune garde progressiste, qui estimait qu’elle n’incarnait pas les forces de changement à l’oeuvre au sein du parti démocrate.

L’administration Trump a pourtant tenté d’entamer la cohésion démocrate en invitant à déjeuner des élus considérés comme plus modérés, qui ont tous décliné la proposition.

“Notre diversité est notre force, mais notre unité est notre pouvoir et c’est peut-être ce que le président a sous-estimé”, a estimé vendredi Nancy Pelosi.

“Tout ce qui s’est passé (durant le “shutdown”), c’est que (Donald Trump) a solidifié la position de Nancy Pelosi comme présidente de la Chambre des représentants”, a estimé Chuck Todd, journaliste de NBC et présentateur de l‘émission politique dominicale “Meet the Press”.

“Il a aidé Nancy Pelosi à faire ce qu’elle n’avait jamais réussi à faire, c’est à dire s’imposer comme la chef du parti démocrate.”

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.