DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rallye Monte-Carlo: avec Ogier, Citroën repasse la marche avant

Rallye Monte-Carlo: avec Ogier, Citroën repasse la marche avant
Taille du texte Aa Aa

Avec le recrutement cette saison du sextuple champion du monde Sébastien Ogier, vainqueur du Rallye Monte-Carlo dimanche pour son retour chez Citroën, le constructeur français s'est remis en ordre de marche pour retrouver les sommets en WRC.

Cette victoire est significative: ce n'est que la quatrième pour la marque aux chevrons depuis son retour en Championnat du monde des rallyes en 2017, mais elle intervient dès la première d'Ogier depuis 2011.

"C'est la concrétisation de tout ce qui a été fait l'an passé pour essayer de redresser la barre", assure le directeur de Citroën Racing, Pierre Budar, arrivé aux affaires juste avant l'édition 2018 du Monte-Carlo.

"On a restructuré l'équipe, essayé de redonner un esprit de corps, revu notre approche quant aux évolutions techniques et on essaye d'avoir des pilotes capables d'exploiter ce travail", résume-t-il.

"On a clairement identifié qu'on avait besoin de Sébastien Ogier pour gagner puisque une voiture et une équipe aussi fortes soit-elles, sans un pilote capable de gagner, ne permettent pas d'aboutir."

Entre 2017 et 2018, l'équipe, qui vise cette année le titre pilotes avec le Français, est restée cantonnée à la quatrième et dernière place du classement des constructeurs, derrière Toyota, Hyundai et surtout la modeste structure privée M-Sport.

- "Donner les 5% supplémentaires" -

Dans le même temps, le "team" partenaire de Ford s'offrait deux titres pilotes avec Ogier ainsi qu'une inespérée couronne chez les constructeurs.

Son patron Malcolm Wilson vantait le "professionnalisme" du multiple champion du monde et de son copilote Julien Ingrassia, tant en course que pour développer leur voiture, et assurait que "leur arrivée (avait) permis à tout le monde de donner les 5% supplémentaires qui permettent d'avoir des résultats".

Les dirigeants de Citroën ont donc fini par se ranger à cet avis, s'attachant les services de la paire pour 2019 et 2020, alors que les négociations entamées pour 2018 n'avaient pas abouti.

Linda Jackson, directrice de la marque, défendait alors le maintien des pilotes Kris Meeke et Craig Breen, assurant que, malgré leur relative inexpérience comparés à Ogier, ils devaient donner à l'équipe les moyens de ses ambitions.

Meeke, déjà mis au repos forcé courant 2017 suite à ses nombreuses sorties de route, a été remercié courant 2018. Breen n'a pas été maintenu en 2019, remplacé par le Finlandais Esapekka Lappi, vainqueur d'un rallye en WRC quand l'Irlandais court toujours après un premier succès.

Si Ogier n'a pas été recruté la saison dernière, "c'était une question de contrats avec Meeke et Breen", justifie aujourd'hui Jackson.

- "Ca booste tout le monde" -

Elle ne cache pas toutefois que le retour du sextuple champion du monde au sein de l'équipe de ses débuts en a changé la dynamique.

"C'est toujours difficile de motiver les gens. Il faut se dire que l'on peut réussir, explique-t-elle. J'ai vu cette année une équipe complètement différente, motivée, avec le sourire. En janvier dernier, il fallait leur dire: +Vous faites bien+. On n'a pas besoin de ça cette année."

Cet effet Ogier, Budar l'assure, est encore décuplé par la victoire de dimanche.

"L'équipe voit qu'on a un résultat après une période vraiment très difficile et ça booste tout le monde, clame-t-il. Quand on voit qu'on a un équipage comme celui-là, un pilote qui est capable de nous faire vivre des émotions comme celle-là, on a vraiment envie de se défoncer."

Tant mieux car il n'oublie pas qu'il reste encore "beaucoup de travail".

Si les performances de la C3 sur asphalte ne sont plus à démontrer après les succès d'Ogier au Monte-Carlo et de Sébastien Loeb en Espagne l'an dernier, elle peut progresser sur les autres surfaces.

L'équipe n'a, en outre, pas connu un week-end sans accroc. Ogier a composé avec un problème d'accélérateur qui aurait pu lui coûter cher. Lappi, lui, a abandonné pour un problème de moteur.

Dans une saison qui s'annonce aussi serrée que la précédente, tranchée lors du dernier rallye, le moindre détail compte.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.