DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Faute sur Kehrer (PSG): l'arbitre fait son mea culpa, après la polémique

Faute sur Kehrer (PSG): l'arbitre fait son mea culpa, après la polémique
Taille du texte Aa Aa

"J'ai manqué de lucidité et de recul": Karim Abed, arbitre de PSG-Rennes, a reconnu auprès de l'AFP qu'il "aurait dû exclure le joueur rennais" M'Baye Niang, auteur d'un violent tacle sur le défenseur Thilo Kehrer. Son erreur d'appréciation, après usage de la vidéo, avait fait beaucoup parler.

"J'ai fait deux erreurs. Tout d'abord sur ma première décision en ne donnant qu'un avertissement, puis une seconde fois en visionnant les images. J'ai manqué de lucidité et de recul à chaud et j'aurai dû exclure le joueur rennais. Même si on travaille pour éviter une erreur, elle peut exister. Heureusement Thilo Kehrer n'est pas sorti blessé", a déclaré M. Abed, qui avait sorti un simple carton jaune.

Dimanche soir, à la 33e minute, l'attaquant M'Baye Niang, très en retard, a violemment fauché la cheville droite du défenseur parisien Kehrer. L'arbitre Karim Abed n'a d'abord sorti qu'un simple carton jaune. Alerté par ses assistants vidéo sur la dangerosité du geste et après avoir visionné les images vidéos, il ne s'est pas déjugé, alors que la VAR a notamment été conçue pour revenir sur ce genre d'actions où un carton rouge s'impose.

Sa décision a suscité l'incompréhension de certains joueurs de Ligue 1. "C'est bon ça on va pouvoir envoyer des gros tacles à la gorge sans prendre de rouge", a ironisé l'Amiénois Thomas Monconduit sur Twitter. "Mdrrr et moi je prends rouge ...", a réagi le Marseillais Florian Thauvin, exclu pour moins que ça vendredi lors d'OM-Lille.

Plusieurs anciens arbitres ont aussi fait part de leur étonnement, dont Bruno Derrien, auprès de l'AFP: "Je n'ai pas compris. Il y a une atteinte à l'intégrité physique, c'est rouge direct. Ca peut arriver de ne pas voir l'action directement, mais avec la VAR..."

"Si on n'arrive pas à interpréter les images, on ne fait que déplacer le problème. L'arbitrage, ça reste l'interprétation d'un homme", estime encore M. Derrien, également consultant sur RTL.

- "Désolé" -

Pour l'entraîneur parisien Thomas Tuchel, c'est tout simplement "un miracle" que Kehrer n'ait pas été blessé après un tel geste. M'Baye Niang a d'ailleurs présenté ses excuses au jeune défenseur allemand sur les réseaux sociaux: "Tacle mal maîtrisé ! Aucune intention de te faire mal, heureux de ne pas t'avoir blessé !!! Thilo Kehrer belle fin de saison et encore désolé !".

Au-delà de cette polémique, les relations entre le PSG et le corps arbitral français se sont tendues ces derniers jours. Après PSG-Strasbourg et la blessure du crack brésilien Neymar, très incertain pour le choc de Ligue des champions contre Manchester United, les dirigeants parisiens ont reproché aux arbitres de ne pas l'avoir suffisamment protégé.

Le directeur sportif Antero Henrique s'est fendu d'une lettre, adressée au patron de l'arbitrage français Pascal Garibian. Et ce n'est pas la première fois que Paris fait ce genre de démarche.

Les stars du PSG comme Kylian Mbappé ou Neymar sont-elles insuffisamment protégées ? "Un des pères de l'arbitrage, Jean Tricot, qui était très charismatique, nous disait toujours: +Il faut protéger les créateurs, le spectacle, la construction+. Mais c'est vrai que c'est parfois compliqué avec certains joueurs qui peuvent être un peu provocateurs. Dès qu'il y a un mauvais geste, il faut tout de suite mettre le holà", considère Bruno Derrien.

L'entraîneur strasbourgeois Thierry Laurey avait pris la défense de ses hommes: "Je comprends que mes joueurs en aient marre de voir des joueurs qui cherchent à les chambrer, à les narguer. Il (Neymar) a le droit aussi à un moment donné de se faire attraper. Ce n'est pas interdit".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.