DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Deux pilotes indiens meurent dans l'accident de leur Mirage 2000

Deux pilotes indiens meurent dans l'accident de leur Mirage 2000
Taille du texte Aa Aa

Un avion de chasse Mirage 2000 de l'armée de l'Air indienne s'est écrasé vendredi peu après son décollage à Bangalore pour un vol d'essai, tuant ses deux membres d'équipage, a annoncé le ministère de la Défense.

Le pilote et le navigateur "ont subi des blessures mortelles (...) Une enquête sur les causes de l'accident a été ordonnée", affirme le ministère dans un communiqué.

Le monomoteur construit par Dassault Aviation devait effectuer un vol d'essai après avoir été modernisé par l'entreprise publique Hindustan Aeronautics Limited (HAL), partenaire de l'avionneur français.

Les deux pilotes ont réussi à s'éjecter avant l'explosion de l'appareil mais sont retombés dans le brasier sur l'aéroport de HAL à Bangalore, dans le sud du pays, ont rapporté des médias locaux. Aucune victime au sol n'est à déplorer.

L'Inde avait conclu en 2011 avec Paris un contrat de modernisation de sa flotte de 51 Mirage 2000 acquis dans les années 1980, prévoyant notamment de nouveaux radars et systèmes de guerre électroniques.

Les accidents d'avion de chasse en Inde, lancée dans un important renouvellement de sa flotte, sont fréquents. La plupart concernent des appareils acquis auprès de l'Union soviétique. En juillet, un pilote de MiG-21 était mort dans l'accident de son appareil dans l'Etat d'Himachal Pradesh (nord).

Dans le cadre de la modernisation de sa flotte de combat, New Dehli a conclu en 2016 l'achat de 36 Rafale auprès de Dassault Aviation pour un montant estimé à 8,8 milliards de dollars.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.