DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fifagate: l'ex-président de la Fédération du Guatemala pourra rentrer dans son pays

Fifagate: l'ex-président de la Fédération du Guatemala pourra rentrer dans son pays
Taille du texte Aa Aa

L'ex-patron de la Fédération guatémaltèque de football Brayan Jimenez, condamné dans le cadre du scandale de corruption à la Fifa, pourra rentrer au Guatemala après avoir été condamné mardi à une peine correspondant au temps qu'il a déjà passé en prison, ainsi qu'à une amende de 350.000 dollars.

La juge fédérale de Brooklyn Pamela Chen a autorisé le sexagénaire guatémaltèque, qui présida la fédération de son pays de décembre 2009 à mai 2015 --date à laquelle le scandale de la Fifa a éclaté--, à récupérer son passeport et à retourner dans son pays, selon un document enregistré au tribunal.

Il restera néanmoins pour deux ans encore en liberté surveillée, a ordonné la juge, et devra s'acquitter d'une amende de 350.000 dollars.

M. Jimenez avait passé plus de 20 jours dans une prison guatémaltèque après son arrestation à Guatemala City début 2016 et avant d'être extradé aux Etats-Unis, selon un porte-parole du procureur fédéral de Brooklyn.

Il écope ainsi d'une peine réduite après avoir plaidé coupable en juillet 2016 de conspiration en vue d'extorsion et de fraude, en lien avec des pots-de-vin reçus en échange de l'octroi des droits médias et marketing portant sur des matches de qualification de l'équipe du Guatemala pour les Coupes du monde 2018 et 2022.

En avril 2017, il avait été suspendu à vie de toute activité liée au football par la chambre de jugement de la commission d'éthique de la Fifa.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.