DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Incendie à Rio: le rêve brisé de 10 espoirs de Flamengo

Incendie à Rio: le rêve brisé de 10 espoirs de Flamengo
Taille du texte Aa Aa

Les dix personnes décédées dans l'incendie qui a ravagé un hébergement pour jeunes joueurs du club de football brésilien Flamengo vendredi sont toutes de jeunes joueurs espoirs du club, âgés de 14 à 17 ans.

Les autorités avaient dans un premier temps évoqué le fait qu'il y aurait "des joueurs et des employés du club parmi les victimes", mais l'agence publique Agencia Brasil a publié vendredi soir une liste diffusée par le club montrant que les victimes étaient toutes des adolescents qui rêvaient de gloire sur le terrain.

Leurs photos étaient en une de plusieurs journaux brésiliens samedi, souriants, arborant fièrement le maillot rouge et noir du club ou des trophées.

Trois jeunes joueurs ont également été blessés lors de l'incendie, dont un grièvement, avec des brûlures sur plus de 30% du corps.

Des dix adolescents décédés, seuls trois étaient originaires de l'Etat de Rio de Janeiro, où se trouve le centre d'entraînement Ninho de Urubu (le nid du vautour, symbole de Flamengo), qui a pris feu vendredi.

Quatre autres étaient venus des Etats voisins de Minas Gerais et Sao Paulo, mais deux étaient de Santa Catarina (sud) et un de Sergipe (nord-est).

Deux étaient gardiens de but, quatre défenseurs, un milieu de terrain et trois attaquants.

Le gardien Christian Esmério, 15 ans, avait été convoqué plusieurs fois en équipe nationale, chez les moins de 15 ans et moins de 17 ans. Il était suivi par de nombreux clubs européens.

Des photos publiées sur les réseaux sociaux le montrent aux côtés de Tite, le sélectionneur qui entraîne depuis 2016 les stars comme Neymar.

Le défenseur Pablo Henrique da Silva Matos, 14 ans, était le cousin de Werley, joueur professionnel de Vasco da Gama, une autre équipe de Rio, qui s'est rendu à l'institut médico-légal pour reconnaître son corps.

D'après les premier éléments de l'enquête qui ont filtré dans les médias locaux, l'incendie aurait pu être causé par un court-circuit du système de climatisation des logements en préfabriqué qui hébergeaient les joueurs.

Les pompiers ont indiqué dans un communiqué que le centre d'entraînement "était en cours de régularisation" en ce qui concerne la couverture des risques d'incendie et qu'il ne possédait pas encore le certificat d'approbation de la corporation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.