DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Six nations féminin: les Françaises dépassées par les Anglaises

Taille du texte Aa Aa

L'équipe de France féminine de rugby n'a pas existé dimanche à Doncaster, surclassée 41-26 par l'Angleterre qui fait un grand pas vers la victoire finale dans le Tournoi des Six nations et peut désormais viser le Grand Chelem.

Un Grand Chelem que les Bleues avaient réalisé l'année passée, conclue en apothéose avec un succès inédit sur les championnes du monde néo-zélandaises. Elles sont donc tombées de haut, même si elles savaient que s'imposer chez leurs plus grandes rivales relevait de l'exploit.

Les vice-championnes du monde anglaises ont donc pris leur revanche sur l'édition 2018, qui leur avait échappé à la dernière minute sur un essai de l'arrière française Jessy Trémoulière à Grenoble (18-17).

Mais Trémoulière, de retour de blessure, n'a pas été retenue pour le début du Tournoi, et Caroline Boujard n'a pas eu le même rendement que l'Auvergnate, élue meilleure joueuse de l'année.

Touches non trouvées, ballons rendus, la Montpelliéraine, dernier rempart des Bleues, a vécu un véritable cauchemar en attaque comme en défense. Mais la défaillance de la N.15 n'explique pas tout: c'est toute l'équipe qui a sombré, concédant trop de turnovers pour espérer pouvoir rivaliser.

- Bourdon, la consolation -

Une exception cependant, Pauline Bourdon. La demi de mêlée, replacée à l'ouverture à la place de Camille Imart après la pause, a éclairé de toute sa classe la seconde période. Et permis in fine à la France de se consoler avec un bonus offensif, obtenu après la sirène sur un 4e essai signé Romane Ménager (80e+1).

La vista de Bourdon a fait mouche sur les trois essais précédents: une première feinte de passe sur une percée, pour une remise intérieure pour Safi N'Diaye (42e, 1er essai), une seconde feinte de passe pour finir le travail elle-même (46e) et une pénalité vite jouée (75e).

Hormis la Bayonnaise, le néant. Les Françaises ont pris l'eau d'entrée, mais l'essai de Sarah McKenna a été refusé pour une obstruction (5e). Les vagues anglaises ont fini par faire rompre les Françaises 5 minutes plus tard, après une superbe touche trouvée par Emily Scarratt. La passe au pied de l'ouvreuse Katy Daley-McLean a fini dans les bras de Jess Breach qui a ouvert le score (7-0, 11e).

Chirurgicales, les Anglaises ont pris le dessus grâce à la qualité technique de leurs arrières et la domination de leurs avants, qui ont obtenu deux pénalités coup sur coup. Les trois-quarts anglaises ont vite ramené la balle devant la ligne française et Poppy Cleall a inscrit l'essai du break (26e, 12-0).

Pire, les Anglaises sont parvenues à inscrire deux essais alors qu'elles jouaient à 14 contre 15 après l'exclusion temporaire de Vickii Cornborough pour un plaquage jugé dangereux (33e). Leur domination va logiquement s'atténuer après la pause, le succès étant acquis, mais elles marqueront tout de même trois essais de plus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.